C'est la Haute Cour de Glasgow qui rapporte cette effroyable affaire. Un réseau satanique maltraitant des enfants les a torturés en les mettant dans un four, en les forçant à tuer des animaux et en les violant collectivement, a déclaré le tribunal. Sept hommes et quatre femmes sont accusés d'avoir abusé de trois jeunes enfants pendant 10 ans à Glasgow, dans un contexte qui les a vus tenter de "faire appel aux esprits et aux démons".

Deux filles – dont l'une aurait été enfermée dans un micro-ondes, un réfrigérateur, un four et un congélateur avec l'intention de la tuer – et un garçon ont été forcés de tuer des animaux et ont été abusés sexuellement par le groupe, selon ce qui est affirmé. Les membres du groupe ont été inculpés de 43 infractions, parmi les plus graves étant la tentative de meurtre et le viol de jeunes enfants.

Iain Owens, 44 ans, Elaine Lannery, 38 ans, Lesley Williams, 41 ans, Paul Brannan, 40 ans, Marianne Gallagher, 38 ans, Scott Forbes, 49 ans, Barry Watson, 46 ans, Mark Carr, 49 ans, Richard Gachagan, 45 ans, Leona Laing, 50 ans, et John Clark, 46 ans, nient tous les infractions. Quatre autres personnes soupçonnées d'avoir été impliquées dans cette affaire - Maureen Goudie, Steven McHendrie, Robert Brown, James McLean et Douglas Gachagan - sont décédées depuis, selon des documents judiciaires. La Haute Cour de Glasgow a été informée vendredi que les infractions avaient eu lieu entre janvier 2010 et mars 2020 à plusieurs endroits de la ville.

Le groupe aurait fait passer un fauteuil roulant sur les jambes de l'une des filles et lui aurait mis un sac en plastique sur la tête. On prétend qu'elle a été obligée de manger de la nourriture pour chat, ainsi que de prendre de la drogue et de l'alcool, l'autre fille étant également obligée de manger de la nourriture pour animaux de compagnie. La deuxième fille aurait été poursuivie par un adulte portant un masque de diable et pendue par son pull à un clou accroché au mur. Cela a abouti à ce qu'elle soit poussée et piégée à l'intérieur d'un micro-ondes, d'un four, d'un réfrigérateur-congélateur et de divers placards, a déclaré le tribunal.

On prétend que l'une des filles a été menacée d'être envoyée en Turquie avec un homme inconnu, tandis que le garçon a été mis dans un bain qui, selon eux, était rempli de sang. Le garçon et la fille aînée auraient été obligés de participer à des "séances (et) d'utiliser une planche Ouija … pour faire appel aux esprits et aux démons". Les enfants étaient également impliqués dans la « sorcellerie », les laissant croire qu'eux-mêmes s'étaient « métamorphosés en animaux ». On dit en outre que les 11 ont porté des capes et des cornes de diable, ce qui a également poussé le jeune garçon à poignarder mortellement une perruche.

Le groupe est également accusé d'avoir tué un certain nombre de chiens, notamment d'avoir poussé les enfants à attaquer les animaux. On prétend que les trois enfants ont été violés et agressés sexuellement par des membres du réseau, avec des acclamations et des applaudissements lors de l'enregistrement des infractions. Les procureurs allèguent que certains membres du groupe ont payé les « services sexuels » de trois des enfants. Le tribunal a appris que lorsque la fille aînée a appelé la police, elle a été menacée par des membres du groupe et son appel a été interrompu.

On dit également que des tentatives ont été faites pour «faire pression» sur deux des jeunes au moment des interrogatoires de la police. Le juge Lord Beckett a estimé que le procès complet pourrait prendre jusqu'à sept semaines, plusieurs avocats de la défense convenant que c'était "réaliste". Le juge a déclaré au tribunal: 
 
Il y a tellement de personnes dans l'affaire qu'il pourrait y avoir un niveau de perturbation inhabituel.
L'avocate adjointe Kath Harper a estimé que le dossier du ministère public durerait à lui seul jusqu'à trois semaines. Lors de l'audience de vendredi - où aucun des accusés n'était présent - plusieurs avocats de la défense ont fait part de leurs inquiétudes concernant une vidéo publiée sur les réseaux sociaux sur le procès quelques heures avant l'appel de l'affaire. Gary Allan KC a décrit le contenu comme « accusatoire » et comportant des « termes désobligeants » à l'encontre de l'accusé, et a déclaré qu'il était « potentiellement préjudiciable ».

Brian McConnachie KC a déclaré au tribunal: 
 
Nous devons parler à cette personne et lui dire d'arrêter ce qu'elle fait … Il y aura de futures vidéos mises en ligne.
Lord Beckett a répondu aux préoccupations des avocats en déclarant: 
 
Le ministère a les ressources pour s'attaquer à ce problème et j'encouragerais le ministère à le faire.
L'affaire s'est poursuivie jusqu'à l'audience complète du procès en septembre.

Source :
crnimg68092