Le Forum économique mondial de Klaus Schwab a déclaré que les gens n'ont pas le droit de posséder leur propre voiture et peuvent plutôt "marcher ou partager". Selon le WEF, beaucoup trop de personnes possèdent leur propre véhicule et cette situation doit être corrigée en les excluant du marché.

Des milliers de jets privés volent vers Davos chaque année pour le sommet annuel du WEF, mais selon Klaus Schwab, les gens ordinaires ne devraient pas posséder leur propre voiture. Dans un article publié par le WEF, les élites de Davos affirment que le partage communautaire des voitures doit faire partie d'une « approche circulaire » afin de réduire la demande mondiale de métaux précieux et de combustibles fossiles.

Les élites mondiales à Genève, en Suisse, informent maintenant leurs jeunes leaders mondiaux intégrés dans les gouvernements du monde entier que beaucoup trop de personnes possèdent des véhicules privés et qu'ils doivent être exclus du marché avec des hausses massives des prix de l'essence.

Citant le fait que "la voiture ou la camionnette moyenne en Angleterre ne roule que 4% du temps", le WEF affirme que cela signifie que les habitants des pays développés, y compris les États-Unis, ne devraient pas avoir le droit de posséder leur propre voiture. Les gens devraient vendre leur voiture et marcher ou partager car "les plateformes d'autopartage telles que Getaround et BlueSG ont déjà saisi cette opportunité pour proposer des véhicules où vous payez à l'heure utilisée."

Et il n'y a pas que les voitures. La fin de la propriété privée est essentielle, selon le WEF, et peut s'appliquer à tout, des voitures aux maisons privées et même aux principes de conception à l'échelle de la ville.

 
Un processus de conception qui se concentre sur la satisfaction du besoin sous-jacent au lieu de concevoir pour l'achat de produits est fondamental pour cette transition
explique le WEF. 
 
C'est l'état d'esprit nécessaire pour repenser les villes afin de réduire les véhicules privés et autres usages.
Une partie de cette « approche circulaire » semble faire grimper encore plus haut les prix déjà exorbitants de l'essence.

Dans un article publié plus tôt ce mois-ci, le WEF a lancé un appel à sa légion de jeunes leaders mondiaux, déclarant que les prix du gaz que nous connaissons en 2022 ne sont tout simplement pas assez élevés. Comme si les gens ordinaires ne souffraient pas assez à la pompe à essence, Klaus Schwab affirme que les prix actuels sont gravement « sous- évalués ».

L'article du WEF est compliqué et hypocrite, mais il demande essentiellement la fin de tous les crédits d'impôt pour la production de pétrole, de gaz et de charbon, ainsi que des impôts plus élevés. Cette idée n'est pas nouvelle. Fondamentalement, c'est la même idée que la tarification des combustibles fossiles en fonction de leur teneur en carbone. Le résultat ferait du gaz un luxe inabordable pour la grande majorité de la population.

En provenance du WEF :
 
Premièrement, les grandes démocraties devraient accepter de mettre fin à la sous-tarification des énergies fossiles, qui est le principal facteur empêchant une transition vers une énergie propre. La sous-tarification associée à la production et à la combustion du charbon, du pétrole et du gaz s'est élevée à 5,9 billions de dollars en coûts économiques en 2020. Près d'un quart des pertes - 1,45 billion de dollars - se sont produites dans 48 grandes et petites démocraties.
 
Les principales démocraties du G20 devraient s'engager collectivement à supprimer progressivement les allégements fiscaux pour la production et la consommation de combustibles fossiles. Ils devraient également introduire progressivement une tarification plus efficace des combustibles fossiles par le biais de taxes ou de permis négociables pour couvrir les coûts de la pollution atmosphérique locale, du réchauffement climatique et d'autres dommages économiques. La transition vers l'énergie verte est essentielle à la fois pour lutter contre le changement climatique et créer des économies durables.
Il y a trois autres dispositions que vous pouvez lire sur le site Web du WEF, qui augmenteraient toutes massivement le prix des combustibles fossiles à tous les niveaux. Le WEF justifie cela par cette déclaration :
 
En retardant une transition énergétique propre, les grandes démocraties rendent leurs économies plus vulnérables en continuant à dépendre des combustibles fossiles. Agir collectivement pour favoriser une transition verte est non seulement bon pour le climat mais aussi essentiel pour la protection de la démocratie.
Le point clé de la dernière proclamation de Klaus Schwab est que les combustibles fossiles sont actuellement « sous- évalués ». Bien entendu, les consommateurs américains paient actuellement le « prix du marché » pour ces carburants. Apparemment, le « prix du marché » est trop bas pour le WEF.

Cela nous amène à la grande question. Combien de temps – des semaines, des jours, des mois – avant de voir l'administration Biden prendre des mesures réglementaires pour se conformer à cet édit du WEF ?

Quelles sont les chances d'un décret exécutif?

Source :
crnimg76523