Grosses tensions en cours à Paris sur les lieux de l'attaque par arme à feu qui a fait au moins trois morts aujourd'hui.

Une manifestation de la communauté kurde dégénère. Un individu tue au moins 3 personnes à Paris: le tireur a voulu "manifestement s'en prendre à des étrangers" selon un ministre.



Au moins trois personnes ont été tuées par balles et trois autres blessées, vendredi peu avant midi dans un quartier animé du Xe arrondissent de Paris, par un homme de nationalité française qui a été interpellé et placé en garde à vue, selon des sources concordantes. Les faits se sont déroulés rue d'Enghien, au niveau d'un centre culturel kurde, dans un quartier commerçant et animé et notamment prisé de la communauté kurde.

Une enquête a été ouverte des chefs d'assassinat, homicides volontaires et violences aggravées. Les investigations ont été pour l'heure confiées à la brigade criminelle de la police judiciaire parisienne, a-t-on appris auprès du parquet de Paris.
Le bilan provisoire fait état de trois personnes décédées et trois blessés, selon le parquet de Paris.

 
Il était tireur dans un club de sport et avait déclaré de nombreuses armes.
L'homme soupçonné a voulu "manifestement s'en prendre à des étrangers", a affirmé Gérald Darmanin. "Il n'est pas sûr que le tueur qui a voulu assassiner ces personnes (...) l'ait fait spécifiquement pour les Kurdes", a ajouté le ministre de l'Intérieur, alors que des rumeurs d'attaque "politique", venant de la Turquie, étaient relayées par la communauté kurde. "On ne connaît pas encore ses motivations exactes", a-t-il insisté.

Gérald Darmanin a indiqué également ne pas disposer d'informations que relieraient le suspect à des faits antérieurs liés à "l'ultradroite". "Il était tireur dans un club de sport et avait déclaré de nombreuses armes", a dit le ministre. Parmi les victimes, "il n'y avait pas de personnes, à ma connaissance, particulièrement signalées et connues des services français", a indiqué M. Darmanin, interrogé sur leur éventuelle appartenance au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation qualifiée de terroriste par l'Union européenne.

Le ministre a demandé le renforcement de la sécurité autour des lieux de rassemblement de la communauté kurde mais aussi près des "emprises diplomatiques turques".
Un réunion prévue vendredi soir au ministère de l'Intérieur doit évaluer "les menaces éventuelles ou complémentaires" sur la communauté kurde à Paris et sur tout le territoire, a-t-il ajouté.

Un homme de 69 ans

Selon deux sources policières, cet homme, un conducteur de train à la retraite de nationalité française et âgé de 69 ans, est connu pour deux tentatives d'homicide commises en 2016 et décembre 2021.
Il est inconnu des fichiers du renseignement territorial et de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a-t-on précisé de même source. Présente sur les lieux, la maire du Xe arrondissement, Alexandra Cordebard, a affirmé devant la presse que "le meurtrier, lui-même (blessé et) en urgence relative, a été conduit à l'hôpital".

En déplacement dans le Nord, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a indiqué sur Twitter qu'il rentrait à Paris "à la suite de la dramatique fusillade qui s'est déroulée ce matin". "Toutes mes pensées vont aux proches des victimes", a-t-il poursuivi.
Sur place, l'émotion était vive autour de la rue en partie bouclée par un important dispositif policier. Des membres du centre culturel Ahmed Kaya étaient notamment en pleurs, se prenant dans les bras pour se consoler, a constaté une journaliste de l'AFP. Certains, s'adressant à la police, criaient
 
cela recommence, vous ne nous protégez pas, ils nous tuent.
"Panique totale"

Au croisement de la rue d'Enghien et de la rue d'Hauteville, des brancards étaient amenés dans le calme vers la scène de la fusillade et un périmètre de sécurité était mis en place par la police, a constaté une journaliste de l'AFP.
Présente au moment de l'attaque, Selma Akkaya, journaliste et activiste kurde a indiqué à l'AFP qu'"il y a six personnes blessées" avec parmi elles, "un célèbre chanteur kurde". L'auteur des faits a tiré, selon elle, "en direction d'un salon de coiffure".

 
Sept à huit coups de feu dans la rue, c'est la panique totale, on est restés enfermés à l'intérieur.
— a témoigné auprès de l'AFP une commerçante d'un immeuble voisin souhaitant garder l'anonymat.

 
On a vu un vieux monsieur blanc rentrer et tirer dans le centre culturel kurde, puis il est allé dans le salon de coiffure à côté", à l'angle avec la Cour des Petites écuries. "On est réfugiés dans le restaurant avec les salariés.
— a témoigné Romain, le directeur adjoint du restaurant Pouliche Paris, dans la rue, joint par téléphone.

La rue d'Enghien et le quartier comptent de nombreux restaurants, bars et commerces et ses trottoirs comme ceux des rues adjacentes grouillent habituellement de passants. Selon un autre témoin, un habitant du quartier qui passait dans la rue et interrogé par l'AFP, "il y avait des gens en panique qui criaient à des policiers : +il est là, il est là, avancez+ en désignant un salon de coiffure".

 
J'ai vu des policiers rentrer dans le salon où j'ai vu deux personnes à terre, blessées aux jambes, j'ai vu le sang", a-t-il ajouté décrivant des "gens sous le choc et en panique.
Le Centre Ahmet Kaya, ainsi prénommé en hommage au célèbre chanteur éponyme, est une association loi 1901 ayant pour objectif de "favoriser l'insertion progressive" de la population kurde installée en Ile-de-France.

Source :
crnimg4502