Les 19 degrés maximaux désormais exigés à l'Assemblée nationale se font sentir : de plus en plus de députés frissonnent de froid dans leurs bureaux ou l'hémicycle. 

Ce mercredi matin dans son bureau à l’Assemblée nationale , le député Renaissance Jean-René Cazeneuve a regretté d’avoir oublié son pull : « J’ai eu froid », confie-t-il, un brin amusé. La veille dans l’hémicycle, « deux, trois collègues sont venus me voir en me disant : "On se caille, hein ?" » abonde Maud Bregeon (Renaissance). Confrontés à la recommandation gouvernementale appliquée au Palais-Bourbon - un chauffage n’excédant pas les 19 degrés -, dans des bâtiments souvent anciens et à l’isolation défaillante, et où ils passent le plus clair de leur temps immobiles, les députés font la même amère expérience que de nombreux Français… et grelottent. 


« On a froid. Sans déconner, on a froid », avoue Thomas Mesnier

crnimg34876