Le PDG de Pfizer, Albert Bourla, l'année dernière au Conseil de l'Atlantique, a qualifié de "criminels" les personnes qui propagent la désinformation sur le vaccin COVID-19 dans ses appels à la censure de la désinformation en ligne.

Cependant, cette année, le Dr Bourla est lui-même reconnu responsable par l'organisme de réglementation pharmaceutique du Royaume-Uni d'avoir fait des déclarations «trompeuses» sur la vaccination des enfants.

En décembre dernier, dans une interview accordée à la BBC , le Dr Bourla a déclaré qu'"il ne fait aucun doute dans mon esprit que les avantages, complètement, sont en faveur" de la vaccination des enfants âgés de cinq à 11 ans.

Il a continué à dire que "Covid dans les écoles est en plein essor".

"Cela perturbe, de manière significative, le système éducatif et il y a des enfants qui auront des symptômes graves."

L'entretien a été mené avant que le vaccin ne soit approuvé pour les enfants âgés de cinq à 11 ans au Royaume-Uni.

Après la publication de l'interview, le groupe de campagne de parents UsForThem a déposé une plainte auprès de la Prescription Medicines Code of Practice Authority (PMCPA). La plainte accusait le Dr Bourla d'avoir fait des commentaires « honteusement trompeurs » sur la vaccination des enfants et que les commentaires étaient « de nature extrêmement promotionnelle », et qu'il avait violé plusieurs clauses du code de pratique de l'Association de l'industrie pharmaceutique britannique (ABPI) .

"Il n'y a tout simplement aucune preuve que les écoliers en bonne santé au Royaume-Uni courent un risque important face au virus du SRAS COV-2 et laisser entendre qu'ils le sont est honteusement trompeur", indique la plainte.

La PMCPA a convoqué un groupe d'experts sur le code de pratique qui a conclu que le Dr Bourla avait effectivement enfreint le code de pratique de plusieurs manières, notamment en ne présentant pas d'informations au public de manière factuelle et équilibrée, en induisant le public en erreur et en faisant des allégations qui ne peuvent pas être justifiée.

Le Telegraph a rapporté que Pfizer avait fait appel des conclusions du panel et était fortement en désaccord avec les affirmations de UsForThem selon lesquelles le PDG avait violé le code de pratique. La société a fait valoir que les remarques du Dr Bourla étaient fondées sur des "preuves scientifiques à jour" et qu'elles pouvaient être prouvées par "des évaluations indépendantes des avantages et des risques accessibles au public".

Une commission d'appel a confirmé que le Dr Bourla avait induit le public en erreur, avait fait des allégations déséquilibrées et avait fait des allégations non fondées.

Cependant, il s'est prononcé contre les allégations selon lesquelles Pfizer aurait discrédité l'industrie, encouragé l'utilisation imprudente d'un traitement et n'aurait pas maintenu des normes élevées.

crnimg93703