TRAFICS HUMAINS 
 EXPLOITATIONS 
 JUDICIAIRE 

L'homme le plus puissant de la musique", a été désigné comme complice dans le procès pour trafic sexuel de Sean Diddy Combs pour ces allégations présumées : "avoir aidé, encouragé et incité" Puffy à diriger un réseau de trafic sexuel.

Le procès verbal déclare :

« Lucian Charles Grainge, Ethiopie Habtemariam, Motown Records, Love Records et Universal Music Group ont dissimulé la livraison d'importantes sommes d'argent (probablement des millions de dollars) à M. Combs et ses associés.

Afin de bénéficier de l'entreprise de trafic sexuel de Combs, les accusés Lucian Charles Grainge, Ethiopia Habtemariam, Motown Records, Love Records et Universal Music Group ont délibérément omis de déposer en temps opportun les déclarations fiscales requises concernant le financement de ces parties de trafic sexuel auprès du gouvernement fédéral., car cela aurait mis en péril leur capacité à tirer profit du trafic sexuel.

Les accusés Lucian Charles Grainge, Ethiopie Habtemariam, Motown Records, Love Records et Universal Music Group, la dissimulation des transactions en espèces leur ont permis de recevoir des avantages financiers grâce à la poursuite de l'entreprise de trafic sexuel de Combs.

Lucian Charles Grainge, Ethiopie Habtemariam, Motown Records, Love Records et Universal Music Group ont apporté leur aide au projet de trafic sexuel de Combs si celui-ci ne respectait pas les exigences de la LBC.

Cet échec n’était pas simplement une facilitation passive, mais une omission délibérée de la part des accusés Lucian Charles Grainge, Ethiopia Habtemariam, Motown Records, Love Records et Universal Music Group.

Cette omission était un acte spécifique de dissimulation, qui a permis à Combs de continuer à financer son entreprise de trafic sexuel par le biais de transactions suspectes qui auraient autrement été empêchées ». 

Source Dom lucre


Via Sylvia Miami