PANDEMIES 
 CONTROLES 
 CENSURES 

Destiné précisément pour l'Italie, le plan sera identique dans les autres pays signataires. A souligner : les mesures de distanciation, quarantaines, confinements, masques sont toujours préconisés ainsi que la lutte contre la désinformation (et donc la censure), de plus les masques et la distanciation sont également utiles contre la grippe (voir le lien dans l'article). Pour le mettre en œuvre, des ressources seront ajoutées au Fonds de Santé.



Réduire les effets d’une pandémie provoquée par des agents pathogènes d’origine respiratoire sur la santé de la population ; permettre des actions appropriées et opportunes pour la coordination nationale et locale des urgences ; réduire l’impact de la pandémie sur les services de santé ; protéger la santé des travailleurs de la santé ; informer, impliquer et responsabiliser la communauté. Tels sont les objectifs du plan. Pour les atteindre, il est proposé, entre autres, de renforcer le personnel soignant. Pendant la phase de confinement, la possibilité de limiter les libertés individuelles est prévue.

Ebauche : 

.pdf   allegato1705510003.pdf, Taille : 6,96 Mo

Le Gouvernement et les Régions sont dans les dernières étapes de l'élaboration du nouveau plan pandémie 2024-2028. Le document, sur lequel l'accord devra être signé lors de la Conférence État-Régions, est presque prêt et Quotidiano Sanità est en mesure d'anticiper le projet. Le Plan, créé en tenant compte des indications publiées par l'OMS en 2023 avec le document « Préparation et résilience aux menaces émergentes Module 1 : Planification des pandémies d'agents pathogènes respiratoires Version 1.0 », présente quelques innovations par rapport au plan stratégique et opérationnel national de préparation. et réponse à une pandémie de grippe (PanFlu) 2021-2023.
crnimg70915


En effet, celui-ci étend le périmètre aux pathogènes transmissibles par voie respiratoire avec un plus grand potentiel pandémique, a une durée de cinq ans et définit une approche méthodologique qui peut être appliquée à des pandémies présentant des caractéristiques épidémiologiques différentes en termes de transmissibilité, de pathogénicité et d'impact sur la santé des personnes. citoyens et sur les services de santé. Cependant, pour le moment, il ne prévoit pas de ressources pour sa mise en œuvre mais, assure le ministère, elles seront là.

« Il est important de souligner – explique le ministère de la Santé dans une note – que le Plan s'inspire des recommandations les plus récentes de l'OMS et de l'ECDC ainsi que de l'expérience pandémique, et qu'il a été créé en collaboration avec les instituts scientifiques qui plus distincts dans la lutte contre la pandémie, avec les instances compétentes et les représentants des Régions/PPAA".

« Le Plan – précise le Ministère – contient toutes les mesures qui pourraient être nécessaires pour protéger les citoyens face à une urgence pandémique et, comme il est clairement décrit, prévoit leur modulation, y compris temporelle, en fonction de la tendance épidémiologique, de l'efficacité et de besoins réels ».

« Il convient également de souligner comment le Plan, qui représente une évolution par rapport au précédent, visant à prévenir une pandémie de grippe, pourra mettre en œuvre, entre autres, des mesures concrètes telles que le renforcement des Départements de Prévention. ", l'élargissement du réseau des laboratoires de microbiologie et de virologie, le renforcement de la recherche, notamment dans ses aspects translationnels dès la prochaine Conférence État-Régions", conclut le communiqué.

Les objectifs spécifiques du Plan sont les suivants :

Objectif 1 : réduire les effets d'une pandémie causée par des pathogènes transmissibles par voie respiratoire sur la santé de la population, en réduisant la transmission, la morbidité et la mortalité.
Objectif 2 : permettre des actions appropriées et opportunes pour la coordination nationale et locale des urgences, c'est-à-dire dans les domaines de la surveillance intégrée, de la protection communautaire, des services de santé, de l'accès aux contre-mesures et du personnel de santé.
Objectif 3 : réduire l’impact de la pandémie sur la santé et les services sociaux et assurer la continuité des services essentiels.
Objectif 4 : protéger la santé des personnels soignants et du personnel impliqué dans la gestion de l’urgence.
Objectif 5 : Informer, impliquer et responsabiliser la communauté dans la réponse à une pandémie causée par des pathogènes respiratoires.

Le plan définit les rôles et responsabilités de toutes les institutions du NHS et des réseaux de coordination dans la préparation et la réponse à une pandémie causée par des agents pathogènes respiratoires dans le cadre de l'état d'urgence national qu'un tel événement déterminerait.

Composition du groupe de travail.

Dans le but d'actualiser le « Plan stratégique et opérationnel national de préparation et de réponse à une pandémie de grippe (PanFlu) 2021-2023 », un groupe de travail a été créé qui comprend des représentants de toutes les institutions participant au Réseau grippe italienne préparation à la pandémie (l'ISS, l'AIFA, l'Agenas, l'INAIL et la DPC) avec l'intégration de représentants de l'Inspection Générale de la Santé Militaire (Igesan), de Sienne Biotechnopole - Centre National Anti-Pandémie (Cnap) et d'experts désignés. Pour le Ministère de la Santé, les représentants désignés par les Directions Générales de la prévention santé (Dgprev), de la planification sanitaire (Dgprog), des professions de santé et des ressources humaines de la Service National de Santé (Dgprof), du dispositif médical et du service pharmaceutique (Dgfdm), la recherche et l'innovation dans les domaines de la santé (Dgric), de la santé animale et du médicament vétérinaire (Dgsaf), de la numérisation, du système d'information et des statistiques de santé (Dgsiss), de la communication et des relations européennes et internationales (Dgocirei) et du Secrétariat général (Sg).

Pour les Régions, sur indication de la Coordination Interrégionale de l'Espace Prévention et Santé Publique (Cip), les représentants des Régions des Abruzzes, Campanie, Émilie-Romagne, Latium, Lombardie, Molise, Pouilles, Toscane, Vénétie et Trente ont été désigné.

Méthodologie.

Le groupe de travail ainsi constitué a défini les principes et la méthodologie d'actualisation du Plan. En particulier, il a été décidé de garantir la continuité du plan stratégique et opérationnel national de préparation et de réponse à une pandémie de grippe (PanFlu) 2021-2023, en maintenant l'architecture de coordination (réseau italien de préparation à une pandémie de grippe), d'évaluation des risques et de création de scénarios épidémiologiques et d'impact sur les services de santé (Réseau de Dispatch et Réseau d'évaluation microbiologique du risque pandémique).

Il a été décidé, compte tenu des nouvelles preuves technico-scientifiques, de prendre comme référence principale le document créé par l'OMS « Préparation et résilience aux menaces émergentes Module 1 : Planification des pandémies d'agents respiratoires version 1.0 », 2 et d'étendre le périmètre de PanFlu 2021-2023 aux agents pathogènes transmissibles par voie respiratoire avec un plus grand potentiel pandémique.

En outre, il a été considéré comme prioritaire d'harmoniser le Plan avec la mise à jour de la législation au niveau européen en matière de préparation aux situations d'urgence et de gouvernance par les organismes européens (CE, ECDC, EMA, Hera) et avec les actions de planification actuellement en cours de mise en œuvre ou planifiés au niveau national.

Un élément important a été l'effort visant à systématiser et à améliorer le système existant en termes de législation, de structures de gouvernance et de systèmes de surveillance, adoptant ainsi une perspective de coordination et de développement harmonieux des interactions entre les acteurs impliqués dans la préparation et la réponse à une urgence pandémique.

Comme déjà décrit, il a été jugé essentiel de créer une synthèse de l'approche méthodologique visant à évaluer le risque de transmission interhumaine efficace dans le cas d'un agent pathogène transmissible par voie respiratoire à potentiel pandémique, en tenant compte de la variabilité des caractéristiques épidémiologiques, microbiologiques. et caractéristiques cliniques que cela pourrait avoir, et la création de scénarios de diffusion épidémiologique et d'impact sur les services de santé.

Enfin, les réflexions qui ont émergé suite à l'exercice de simulation « Mosaico » (Simex) réalisé au niveau national dans le cadre du PanFlu 2021-2023 ont été examinées et résumées ci-dessous comme axes à développer dans le Plan. En particulier, Simex « Mosaico » a souligné l'opportunité d'introduire dans la nouvelle planification des principes de progressivité dans le passage de la phase « interpandémique » à la phase « d'alerte pandémique », de clarifier la définition de la phase « d'alerte pandémique » et de définir signaux pour les transitions de phase et pour l’activation des plans régionaux. Par ailleurs, l'exercice de simulation a mis en évidence l'importance d'harmoniser la gestion des flux d'informations internationaux et des signaux d'alerte ; sur la définition des fonctions et des rôles des réseaux de gouvernance, les modalités de leur fonctionnement, leur composition et leur interaction avec le niveau décisionnel.

Éléments essentiels de programmation.

La programmation de ce Plan repose sur quelques éléments essentiels :

• Planification par phases opérationnelles : les activités, décrites schématiquement dans la section E « Actions dans les phases opérationnelles », sont planifiées de manière séquentielle pour garantir une réponse progressive et ciblée en cas d'événement pandémique.

• Définition des rôles et responsabilités : dans les tableaux disponibles dans la section E « Actions dans les phases opérationnelles » les rôles et responsabilités des différents sujets au niveau national et régional pour la mise en œuvre des mesures sont clairement définis. Dans la section C.1. La « Coordination d'urgence » est la législation de référence au niveau national qui définit les rôles de la Direction de la Protection Civile, du Ministère de la Santé et des organes du Service National de Santé (NHS), des Régions/PPAA et des réseaux et réseaux établis dans le cadre du « Plan stratégique et opérationnel national de préparation et de réponse à une pandémie de grippe (PanFlu) 2021-2023 », leurs fonctions et leurs mises à jour aux fins du Plan en cours.

• Cycle de suivi et d'évaluation : un cycle continu de suivi et d'évaluation du Plan est développé pour assurer l'adoption des mesures prévues et disposer d'informations actualisées pour guider le processus de mise en œuvre et de mise à jour du plan.

Ces éléments contribueront à atteindre les objectifs du Plan, en renforçant la préparation et la capacité de réponse à une future pandémie aux niveaux national et local.

Le document comprend deux sections générales, « A. Introduction » et « B. Planification » tandis que les approches et actions à entreprendre sont détaillées dans les sections suivantes.

« C. Systèmes et capacités de préparation et de réponse" est divisé en sept chapitres qui décrivent les systèmes actuellement disponibles, les principales actions et approches transversales dans les différents domaines d'intervention qui sont interconnectés et constituent les piliers fondamentaux de la préparation, de la réponse et de la résilience aux urgences sanitaires.

« D. Phases opérationnelles, signaux et évaluation des risques » décrit l'approche méthodologique opérationnelle pour la gestion des alertes internationales et nationales, l'évaluation des risques, les principaux paramètres d'interprétation épidémiologique de la pandémie et d'évaluation des risques, la description des phases opérationnelles et la méthodologie pour définir la transition entre les phases opérationnelles.

« E. Actions dans les phases opérationnelles » présente, sous forme de tableau, les principales actions qui doivent être entreprises dans les différentes phases opérationnelles.

Parmi les principaux domaines d'activité, le plan comprend :

• Le renforcement des services de prévention des autorités sanitaires locales. Pendant la phase de réponse, les activités visant à contenir ou à ralentir la transmission grâce à des tests de diagnostic approfondis et à la recherche systématique des contacts seront importantes. C'est pourquoi les normes d'organisation et de personnel des Directions de Prévention seront définies, à la lumière de la nouvelle structure collective de prévention et de santé publique envisagée par le Plan National de Relance et de Résilience (PNRR).
Renforcement des laboratoires de virologie et de microbiologie. Dans le but de disposer de capacités de laboratoire adéquates disponibles sur le territoire national à des fins de surveillance, de diagnostic et de recherche avancée, le Plan prévoit une activité de reconnaissance des structures actuellement existantes et de leurs activités pour leur renforcement.

• Recherche. Systématiser et renforcer la coordination nationale de la recherche en termes d'infrastructures et de mécanismes facilitant le développement rapide des ECR et la création de cohortes de surveillance clinique active même en période inter-pandémique, la mise en place d'un réseau de recherche couvrant le pays et la création d'un plan national pour la recherche.

• Évaluation du risque microbiologique et prévision et mise en œuvre de scénarios pandémiques. le renforcement/consolidation des fonctions d'évaluation et de prévision des risques microbiologiques et la mise en œuvre de scénarios de pandémie avec des évaluations d'impact sur la santé humaine et le maintien des services de santé à réaliser en phase interpandémique par des experts.
- Réseau MiRiK (MIcrobiologie pandémique RISK Assessment) : pour l’évaluation microbiologique du risque pandémique ;
- Réseau DISPATCH (epiDemic Intelligence, Pandemic Scenarios, RISK ASSESSMENT) : pour évaluer le risque de propagation d'une pandémie et son impact sur la santé humaine et les services de santé.

• Le renforcement de la coordination entre les organismes nationaux et les Régions/PPAA à travers le Réseau italien de préparation à la pandémie qui intègre les évaluations des risques réalisées par les réseaux techniques et prépare des avis pour le Ministre sur la transition de phase, ainsi que des avis sur les actions à mettre en œuvre et garantit la comparaison entre les différentes institutions tant dans les phases interpandémiques que d'alerte et de réponse.

• le renforcement de la surveillance intégrée des pathogènes transmissibles respiratoires, capable de détecter et d'intégrer des données provenant de multiples sources d'information pour dresser le portrait le plus complet possible des alertes potentielles sur le territoire national;

• le développement d'un système structuré de détection et d'analyse des alertes nationales et internationales avec des critères partagés également à travers la création d'une salle opérationnelle pour la gestion des informations relatives à l'état de préparation au niveau national et aux menaces potentiellement pandémiques au Ministère de Santé (PHEOC-Centre des opérations d'urgence de santé publique);

• Contre-mesures médicales. La définition d'une stratégie à moyen et long terme pour la gestion des contre-mesures médicales nécessaires pour faire face à une éventuelle pandémie qui prend en considération à la fois l'efficacité et la durabilité et qui permet l'intégration entre les stocks régionaux d'équipements de protection individuelle (EPI) et de dispositifs médicaux ( DM) prévu par PanFlu 2021-2023 et stocks nationaux de médicaments. Dans cette perspective, le plan prévoit l'évaluation de la possibilité d'adopter des outils de création de stocks immatériels tels que la signature d'accords de passation de marchés conjoints (JPA) pour les vaccins antigrippaux pré-pandémiques et l'évaluation de la signature de contrats de préemption pour l'achat de produits potentiellement jugés utiles à la préparation;

• Exercices de simulation. La promotion de la mise en œuvre d’exercices de simulation pour tester et améliorer les mécanismes d’alerte et de réponse aux niveaux national et régional en tant qu’outil fondamental de la pratique de santé publique.

• une estimation des ressources nécessaires à sa mise en œuvre tant au niveau régional que national qui sera suivie d'une demande de financement, dans la continuité de ce qui a déjà été réalisé pour PanFlu 2021-2023.

Un rôle important est attribué aux vaccins. 

Le document reconnaît que, dans la lutte contre une pandémie, « les vaccins représentent les mesures préventives les plus efficaces, caractérisées par un rapport risque-bénéfice significativement favorable. La vaccination se caractérise par une forte valeur de solidarité, car les individus ont la possibilité de faire, à travers le choix de se faire vacciner, une contribution concrète visant à se protéger et, en même temps, à protéger la communauté, en particulier les personnes les plus vulnérables. Par conséquent, sensibiliser les gens par une communication simple et efficace sur les bénéfices et les risques liés à cet acte, lutter contre la désinformation et apporter des réponses adéquates aux préoccupations et aux incertitudes. Lors de la communication d'une éventuelle campagne de vaccination pandémique, les limites de la vaccination doivent également être clarifiées de manière appropriée, ce qui doit en tout cas être accompagné de l'adoption de bonnes règles de prévention visant à contenir la contagion".

Dans la lutte contre une pandémie, dans ce cas aussi, comme cela s’est déjà produit pendant les années Covid, on s’attend à la possibilité de prendre des décisions qui limitent la liberté personnelle. « Un contexte dans lequel le droit à la protection de la santé nécessite des limitations aux autres libertés de l'individu et de la communauté est certainement celui qui est caractérisé par la propagation des maladies infectieuses : l'épidémie est un fait d'urgence, empiriquement identifié et scientifiquement prouvé, qui, par mettant en danger la santé des individus et la survie de la communauté dans son ensemble, nécessite que le décideur public identifie des solutions appropriées pour neutraliser ou minimiser les risques également à travers les limitations des droits et libertés fondamentaux distincts", explique le plan.

La possibilité d'introduire des limitations aux libertés fondamentales pour des événements liés aux besoins de protection de la santé « ne découle pas seulement de son caractère coessentiel d'« intérêt collectif » qui le ramène dans la catégorie des droits sociaux mais aussi du principe fondamental de solidarité sociale, déduit de l'article 2 de la Constitution en vertu duquel chaque membre est tenu de renoncer à une partie des droits de sa propre sphère de liberté pour des besoins supérieurs liés à l'appartenance commune à une communauté organisée, notamment lorsque son existence même est mise en danger. Le droit à la santé, même s'il ne peut en aucun cas assumer, dans des jugements d'équilibre des valeurs constitutionnelles, les caractéristiques du droit dit du tyran, représente objectivement une véritable condition préalable à la reconnaissance et à l'utilité effective des droits à la liberté, précisément en raison de sa nature bivalente, le droit à la santé justifie, dans des situations d'urgence sanitaire grave, l'adoption de mesures qui limitent les droits fondamentaux de la personne dont le plein exercice est cependant incompatible avec les mesures de prévention et de répression de la pandémie nécessaires , selon les protocoles scientifiques les plus accrédités, pour protéger la santé individuelle et collective", lit-on.

Coordination des urgences, cadre réglementaire de référence. 

Face à une pandémie à caractère exceptionnel, le besoin et l'urgence peuvent pousser à adopter des mesures relatives à chaque secteur et une nécessaire coordination centrale que seul le Président du Conseil des Ministres peut assurer en raison de sa position de garant de l'unité des politiques et direction administrative qui assure en favorisant et en coordonnant les activités des ministres. « Dans ce contexte – lit-on dans le Plan – l'instrument traditionnel de l'ordonnance contingente et urgente adoptée par le Ministre de la Santé, tout en conservant un rôle central dans la gestion de l'urgence, apparaît insuffisant pour la gouvernance globale de la multiplicité des intérêts et les secteurs touchés par l'urgence sanitaire. Le choix du décret du Premier ministre comme instrument central de gouvernance de l'urgence sanitaire reflète donc la position constitutionnelle du Premier ministre en tant que garant de l'unité d'orientation de l'action gouvernementale et de l'équilibre des multiples intérêts publics".

Cependant, les ressources restent une inconnue . L'appui au Plan Financier est fondamental tant pour la phase de « prévention, préparation et évaluation des risques », pour les phases « d'alerte » et de « réponse », que dans les phases ultérieures jusqu'à la reprise complète des opérations de l'ensemble du système économique -productif, Sécurité sociale, sociétale et sanitaire italienne. "Les sources possibles de financement à utiliser pour couvrir les dépenses émergentes découlant de l'application du nouveau Plan mentionné ci-dessus ne sont que "théoriques", car pour l'identification effective de la couverture financière, il est fait référence aux évaluations gouvernementales basées sur la vérification des charges et des couvertures y afférentes sur le solde net à financer du budget de l'Etat, sur le solde de trésorerie des administrations publiques et sur l'endettement net du compte consolidé des administrations publiques ».

Interventions non pharmacologiques pour la population générale. 

Les interventions non pharmacologiques (également connues sous le nom d'interventions d'atténuation communautaires, « interventions non pharmacologiques », NPI) constituent un groupe diversifié de mesures de prévention que les personnes et les communautés peuvent prendre. Parmi celles-ci, on peut par exemple inclure : la fermeture des activités de travail non essentielles, la fermeture des écoles, la distanciation physique, la limitation des rassemblements, la limitation des déplacements et l'utilisation de masques.

"Les NPI jouent un rôle important dans la capacité à contrôler la circulation de l'agent pathogène pour déterminer sa suppression/contrôle. Ils sont donc applicables, bien que selon des typologies et des méthodes différentes, tant dans les phases de confinement que de contrôle. Certaines NPI peuvent affecter les libertés individuelles (par exemple quarantaine/isolement) et doit être soutenu à la fois par un processus décisionnel transparent basé sur les connaissances et les preuves disponibles et par des cadres juridiques et éthiques solides déjà identifiés dans la phase de prévention, de préparation et d'évaluation des risques et dans l'alerte", explique-t-il.

Organisation hospitalière. 

Lors de la pandémie du Sars-CoV-2, certaines mesures de renforcement ont été adoptées (Décret-loi n° 34 du 19 mai 2020, transformé avec modifications en loi n° 77 du 17 juillet 2020 et Circulaire n° 11254 du 29/05/2020) qui prévoyait une augmentation structurelle des capacités hospitalières :

- 0,14 lit pour 1 000 habitants en Soins Intensifs , y compris l'adaptation des lits de soins intensifs dans les pôles pédiatriques, d'une capacité totale de 8 679 lits, dont 3 500 nouvellement activés ;

- 0,07 lit pour 1 000 habitants en soins semi-intensifs, dont 50% équipés d'équipements de ventilation et de surveillance invasive pour transformation immédiate en lits de soins intensifs, et les 50% restants équipés de ventilateurs non invasifs, avec un total d'équipements complets de 4 225 lits, dont 2 113 transformables en lits de réanimation.

"Le renforcement structurel des lits prévu par le décret législatif 34/2020 est actuellement encore en cours et pas encore achevé, avec un état de mise en œuvre diversifié au niveau régional : dans les plans régionaux de pandémie, il faudra planifier la réponse en cas d'une pandémie en se référant aux installations actuelles, en prévoyant des changements basés sur l'activation progressive de nouveaux lits".

Organisation territoriale . La nouvelle organisation prévoit l'introduction de « modèles organisationnels et de soins de santé innovants qui présentent les caractéristiques d'agrégation et de gouvernance univoque nécessaires pour soutenir efficacement l'effort organisationnel lié à une urgence pandémique ». Certains d'entre eux, comme les Maisons communautaires, les hôpitaux communautaires, les Centres Territoriaux d'Opérations, sont financés et suivis comme objectifs du Plan National de Relance et de Résilience (Pnrr) Mission 6 Volet Santé 1, et d'autres comme le Centre Opérationnel, les Unités de Continuité des Soins (UCA), les Infirmières Familiales et Communautaires (Ifc) ont été financées avec le budget 2022.

Cependant, l'état de mise en œuvre de ce plan organisationnel est très diversifié au niveau national : par conséquent « dans les plans régionaux pandémie il faudra se référer à la structure des services territoriaux existants et planifier leur réponse en cas de pandémie, tout en prévoyant la possibilité d'apporter des changements en fonction de l'évolution progressive des services vers les nouveaux modèles d'organisation réalisés pendant la période de validité du Plan".

Personnel de santé. 

La possibilité de s’appuyer sur une main-d’œuvre adéquate tant en termes quantitatifs que qualitatifs représente un élément fondamental pour garantir une réponse appropriée en cas d’apparition d’un événement pandémique. La disponibilité d’un personnel de santé correctement formé représente un outil fondamental non seulement pour renforcer les soins de santé locaux et améliorer la santé de la population, mais également pour instaurer un sentiment de confiance dans le service national de santé. Afin de garantir que nous disposons d'une main d'œuvre adéquate, tant qualitativement que quantitativement, pour mettre en œuvre les actions nécessaires dans les différentes phases de l'événement pandémique, il apparaît nécessaire de préparer des actions visant à renforcer le personnel disponible .

Entraînement. 

La formation sur les questions liées aux plans de lutte contre la pandémie est considérée comme un élément essentiel pour la réponse aux alertes et événements pandémiques (dans toutes les phases), notamment en ce qui concerne les activités de préparation. La pandémie de Covid a eu un impact sur les systèmes de santé et a clairement mis en évidence le rôle stratégique de la formation en santé publique pour tous les personnels qui s’occupent de la santé à divers titres.

Confinement. 

Dans la phase de réponse (confinement), les actions nécessaires sont mises en œuvre pour contenir la propagation de l'épidémie, telles que : des mesures locales de confinement (isolement des cas, quarantaine des contacts, tests de diagnostic et soins de santé, etc.) qui sont immédiatement activées par les autorités sanitaires (c'est-à-dire les autorités sanitaires locales ou provinciales, les maires et les présidents régionaux) ; mesures envisagées par le plan d'urgence spécifique à un agent pathogène créé pendant la phase d'alerte qui, pour limiter la propagation territoriale, peut être caractérisée par la nécessité d'une mise en œuvre rapide, même en présence d'informations limitées selon le principe de précaution.

Parmi les mesures possibles qui pourraient être identifiées dans le cadre du plan d'urgence, on trouve par exemple : la fermeture des écoles, la fermeture des activités professionnelles non essentielles, la distanciation sociale, la limitation des rassemblements et le maintien à la maison.

« Ce plan - conclut le document - représente donc un outil de planification pour la phase interpandémique et un outil technique d'appui aux décisions qui peuvent être adoptées aux différents niveaux administratifs et par les différents acteurs dans les phases d'alerte et de réponse ».

Giovanni Rodriquez
crnimg22682