Alerte

Neige
  
Thème clair 
 
 Fil Info 
22-04-2024 11:25 - Dans un article publié dimanche par journal israélien Maariv, le général Itzhak Brik a affirmé que le régime israélien n’avait aucune chance de gagner la guerre contre le Hamas, même en attaquant la ville surpeuplée de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, où plus d’un million de personnes se sont réfugiées pour se mettre à l’abri des frappes aériennes et des attaques terrestres incessantes israéliennes. « Nous avons vraiment perdu, si vous ne l’auriez pas encore compris... Israël devrait déclarer la fin de la guerre parce qu’il a vraiment perdu », a indiqué Brik dans l’article. Il a affirmé que la véritable menace pour Israël était son premier ministre, Benjamin Netanyahu, et les membres de son cabinet de guerre, dont Benny Gantz et Yoav Gallant, qualifiant cette bande et leurs partisans d’un véritable cirque mettant le régime en danger...

Guerre Russie vs Ukraine


 GUERRES 

crnu_media

Point sur la guerre en Russie, actualité mondiale et française du 5 juin 2023.

L'offensive ennemie continue et il devient de plus en plus probable que le 4 juin, nous avons vu le début de la grande offensive annoncée de longue date. Les ressemblances avec l'offensive ennemie à Kherson en automne 2022 étaient déjà évoquées dès le 4 juin, mais les signes objectifs que l'on attendait, à savoir l'engagement de blindés lourds de l'OTAN ou de véhicules d'infanterie modernes de l'OTAN, commencent à apparaître en ce 5 juin.

Notez que les cartographes russes n'étant pas très heureux de ce qu'il se passe, et étant maintenant soumis par la loi martiale à tempérer des déclarations négatives trop en avance sur les déclarations de l'armée russe, les cartes ne sont pas publiées ou ne montrent aucun changement, ou sont « difficiles à déchiffrer ». Traditionnellement, je ne publie pas de carte fausse, donc j'attends la publication de cartes conformes à la réalité... Néanmoins, certains journalistes décrivent encore ce qu'il se passe, nous allons donc encore profiter de cette chance, qui ne durera peut-être pas.

Cet après-midi, l'activité ennemie à Artemovsk et Soledar n'a pas particulièrement marqué la partie russe. En revanche, c'est plus au sud, vers Gorlovka, que l'ennemi a monté une attaque, plutôt de l'ordre de la reconnaissance offensive. L'ennemi aurait été repoussé, c'est à confirmer.

Aussi, au sud-ouest du saillant de Velikaya Novosolka, l'armée russe a pu reprendre, marginalement, quelques positions perdues, notamment Neskuchnoye : l'ennemi ayant relâché sa pression. Au cours de la contre-attaque locale de l'armée russe, l'ennemi a engagé pour la première fois des IFV Bradley américains et des chars obsolètes français à roues AMX-10RC, dont l'abandon temporaire ou définitif de plusieurs d'entre ces derniers a été constatée, en camouflage désert, ce qui est étonnant, car le régime politique français est supposé avoir livré des blindés en camouflage européen, et généralement l'armée bandériste de Kiev repeint ses blindés dans son camouflage pixellisé. Cela n'est pour le moment qu'une fraction des blindés livrés par l'OTAN, et les chars les plus modernes ont été préservés dans les arrières ennemis : le coup principal n'a pas encore été porté.

Malheureusement, depuis la nuit passée, l'offensive ennemie s'est déplacée sur le flanc Est de Velikaya Novosolka, et il y poursuit une percée de plusieurs kilomètres de profondeur, saisissant Novodonetsk et menaçant maintenant Oktyabr. Plus à l'Est encore, plus près d'Ugledar, l'ennemi maintient simplement une grande pression, ou bien l'armée russe résiste mieux. Elle a fait des prisonniers. A noter : beaucoup de véhicules d'infanterie américains perdus hier par l'ennemi sur le front sud ont été arrêtés par les champs de mines russes, et non par des tirs.

A Belgorod, le gouverneur évoque l'évacuation non officielle de Novaya Tavolzhanka, en expliquant qu'il lui est impossible d'aller chercher les habitants encore présents dans la ville en raison des bombardements de l'ennemi. Cette communication aggrave l'incompréhension des décisions politiques russes et la perte de confiance de la population, puisque seule la propagande ennemie avait annoncé jusqu'ici l'évacuation de la ville, la partie russe la démentant. La zizanie politico-militaire se poursuit, exploitée par l'ennemi. C'est un problème extrêmement grave. Le gouverneur annonce toutefois que l'Etat apportera un soutien financier aux « personnes déplacées ».
Toujours en lien avec ce village, l'ennemi continue de diffuser ses vidéos prises hier en périphérie de la ville, en prétendant qu'il contrôlait toute la ville. Il est certain que c'est plus convainquant que les images de Tchernobyl qu'il diffusait au moment de l'intrusion, mais cela minimise ses succès temporaires d'hier, en les ramenant à ce que décrivait la presse indépendante russe.

Le régime de Kiev vient d'officialiser, sur le bout des lèvres, que « le début d'une offensive » avait commencé, sans préciser le lieu ou l'ampleur, se gardant toute latitude pour adapter son scénario de propagande par rapport à la réalité. De plus, Kiev tend à confirmer que son offensive tant annoncée a bien démarré hier, car pour la première fois, le régime déclare « avoir reçu suffisamment d'armes pour lancer une contre-offensive déterminante ». Jusqu'à ce matin, il déclarait ne pas avoir obtenu suffisamment d'armes pour lancer sa contre-offensive hypothétique.

A Donetsk, la racaille bandériste a tiré des missiles Himars dont des sous-munitions n'ont pas explosé, révélant le contenu : des billes (munitions antipersonnel fabriquées par les USA). Toujours à Donetsk, l'ennemi a envoyé un missile anti-radar américain AGM-88 HARM contre le DCA russe, cependant cette dernière a gagné le duel en l'abattant avec un SAM S-300 ou S-400, l'ensemble est retombé sur la ville.

  

 GUERRES 
 IMPACTS 
 ANALYSES 

PANIQUE EN OCCIDENT SUR L'AVANCÉE DE L'ARMÉE RUSSE.

C'est maintenant la situation la plus dangereuse depuis le début de la guerre, la Russie avance dans 5 directions à la fois, - New York Times.

Nous parlons des directions Avdeevka, Maryinka Robotino, Kremennaya et Bakhmut.

Les forces armées russes ont accumulé jusqu'à 40 000 soldats dans la région de Marioupol et environ 110 000 dans la région de Koupyansk et Liman.

La Russie cherche à restituer les territoires occupés par les forces armées ukrainiennes lors des contre-offensives de 2022 et 2023.

L'Ukraine manque de munitions sans l'assistance militaire américaine sur environ 1 000 km de la ligne de front.

#Offensive

ANTHONY CHAPKA

  

 GUERRES 
 GEOPOLITIQUE 
 ESCALADES 

Discours de Macron à propos de l'Ukraine, résumé par Quoi2News qui a fait du bon boulot. Donc il dit tout et son contraire :

Nous avons mis trop de limites dans notre vocabulaire. Nous ne sommes pas dans l’escalade. Nous ne sommes pas en guerre contre la Russie mais, soyons clairs, on ne doit pas la laisser gagner. La contre-offensive ukrainienne ne s’est pas passée comme prévu. La situation est difficile pour les Ukrainiens. Ils ont des limites en termes d’hommes car la Russie est un plus grand pays. Oui, ce début 2024 doit être l’année du sursaut. Nous ferons le nécessaire pour atteindre notre objectif. Si la Russie venait à gagner, la vie des Français changerait. Nous n’aurions plus de sécurité en Europe.

La Russie est un adversaire. Le régime du Kremlin est notre adversaire. Mais, nous ne sommes pas en guerre contre la Russie. Nous sommes prêts à répondre à une escalade possible de la Russie. La paix, ce n’est pas la capitulation de l’Ukraine. Notre capacité nucléaire nous donne une sécurité. Le Président assume l’envoie de troupes françaises en Ukraine mais affirme que la France ne mènera pas d'offensive. Nous serons prêts à prendre les décisions qui s’imposent pour que la Russie ne gagne jamais. La Russie est l'adversaire ! On n'est pas dans un roman ou une série !

Notre industrie de défense n'est pas adaptée pour une guerre de haute intensité. Mais nous avons multiplié par 3 nos capacités de production. Nous allons aussi produire des armes en Ukraine, plus près du front. La sécurité de l'Europe et des Français se joue actuellement. Si la Russie continue son escalade, nous serons prêts ! Nous allons produire près de 75 canons CAESAR. Ils iront tous sur le front ukrainien.
 



Cette séquence confirme que le type est totalement cinglé… Anne-Sophie Lapix : « Vous n'excluez pas d'envoyer des troupes en Ukraine ? » Réponse d’Emmanuel Macron : « Ben oui comme vous, là vous êtes assise sur une chaise devant moi, vous n'excluez pas de vous lever ! »

En bref donc, la France n'est pas en guerre contre la Russie mais fournit des armes pour l'attaquer, menace d'envoyer des troupes et considère la Russie comme un adversaire. Mon petit Macron rien qu'en citant un pays comme adversaire, on lui déclare la guerre, et avec tout le reste, prépares bien ton bunker.

Après dans les analyses, il faut aussi creuser plus loin, dans un contexte 'normal', on serait déjà en 3ème guerre mondiale, il est évident qu'il y a des mesures de contrôle et d'annonces qui sont faites pour justifier la destruction du système en douceur, selon mon analyse qui ne tient qu'à moi.