DIVERS/INSOLITES 

Un nouveau logiciel espion de fabrication israélienne ressemblant au célèbre programme Pegasus a été utilisé pour cibler des journalistes et des politiciens de l'opposition dans plusieurs pays, a déclaré mardi un organisme de surveillance canadien.

Le logiciel espion et le logiciel d'exploitation ou de piratage associé ont été créés par la société peu connue QuaDream Ltd, qui a été créée par un ancien responsable militaire israélien et des vétérans du groupe NSO, le créateur de Pegasus, selon Citizen Lab.

Citizen Lab, qui étudie l'abus des technologies numériques, a déclaré avoir identifié au moins cinq personnes ciblées par les logiciels espions et les exploits de QuaDream en Amérique du Nord, en Asie centrale, en Asie du Sud-Est, en Europe et au Moyen-Orient.

"Les victimes comprennent des journalistes, des personnalités de l'opposition politique et un employé d'une ONG", a-t-il déclaré, affirmant qu'il ne les identifierait pas pour le moment.

Les logiciels espions comme Pegasus ont été largement utilisés par les gouvernements et d'autres acteurs pour espionner les opposants, les médias et les militants.

Les programmes peuvent être placés sur des ordinateurs et des téléphones portables par des communications de phishing et des exploits de porte dérobée, et peuvent étudier et transmettre des informations sur le téléphone à un opérateur à l'insu de l'utilisateur.

La Maison Blanche a déclaré fin mars que Pegasus avait été utilisé par les gouvernements "pour faciliter la répression et permettre les violations des droits de l'homme".

Citizen Lab a déclaré que, placé sur le téléphone ou l'ordinateur d'un utilisateur, le logiciel espion de QuaDream peut enregistrer l'audio d'un appel téléphonique, enregistrer des sons externes à partir du microphone d'un appareil, prendre des photos à partir d'appareils photo et rechercher les fichiers de l'appareil, le tout à l'insu de l'utilisateur.

Le logiciel espion peut également générer ses propres codes d'authentification à deux facteurs pour permettre un accès continu aux comptes cloud du propriétaire de l'appareil.

Le logiciel espion comprend une fonction d'autodestruction pour masquer sa présence antérieure une fois qu'il n'est plus utilisé, a déclaré Citizen Lab.

Citizen Lab a identifié des serveurs dans 10 pays qui ont reçu des données des appareils des victimes, dont Israël, Singapour, le Mexique, les Émirats arabes unis et la Bulgarie.

QuaDream a commercialisé ses logiciels espions et ses services auprès de clients gouvernementaux, notamment à Singapour, en Arabie saoudite, au Mexique, au Ghana, en Indonésie et au Maroc, a déclaré Citizen Lab.

Source :
crnimg41291