#1 @DavidSacks déclare que la loi RESTRICT, également connue sous le nom de "Tik Tok Ban", a été adoptée par le Parlement européen. Les citoyens américains qui utilisent des VPN s'exposent à des amendes pouvant aller jusqu'à un million de dollars et à une peine de 20 ans de prison :
 
Il va donner des pouvoirs considérables à l'État sécuritaire pour nous surveiller, nous poursuivre en justice, limiter notre utilisation d'Internet. C'est la plus grande prise de pouvoir et le plus grand appât qu'ils aient jamais essayé de nous faire subir. Et encore une fois, s'ils étaient vraiment préoccupés par Tik Tok, il n'y aurait qu'une seule phrase à prononcer.



#2 @Friedberg dit que la loi RESTRICT, ou "Tik Tok Ban" est une menace pour l'internet ouvert ; il présente des similitudes avec les tactiques chinoises de contrôle, de surveillance, d'observation et de suivi du trafic réseau, et la restriction de l'utilisation des VPN supprimerait les droits à la vie privée sur l'internet :
 
Je suis vraiment préoccupé par les termes utilisés qui, en gros, parlent de protéger la sûreté et la sécurité du peuple américain en surveillant activement le trafic réseau et en prenant des décisions sur le trafic qui est autorisé ou non à être transmis sur l'internet ouvert... C'est une grande menace pour moi, et je pense que c'est quelque chose qui devrait nous préoccuper, et toute la communauté de la technologie Internet, et tous ceux qui veulent avoir la liberté de choix, se lèvent et disent que c'est totalement inapproprié et que cela va trop loin.



#3 @JordanSchachtel dit que la loi RESTRICT, ou "Tik Tok Ban" est un Patriot Act numérique et un cheval de Troie en faveur de la censure et la surveillance.
 
Ce projet de loi n'est pas une simple "interdiction de TikTok", c'est un mécanisme pour une révision massive et radicale de la surveillance et de la censure [...]. La formulation incroyablement large inclut la capacité d'appliquer toute mesure d'atténuation pour faire face à tout risque pour la sécurité nationale...
crnimg93569


#4 Jesse Watters demande au Sénateur Lindsey Graham pourquoi il coparraine la "loi RESTRICT", il dit qu'il ne la soutient pas, puis Watters le dénonce.

@LindseyGrahamSC le porte-parole du sénateur a ensuite déclaré à Politico que le sénateur soutenait toujours le projet de loi.




Source :