Parfois, la langue allemande, avec ses longs super-mots assemblés, retient une expression parfaite pour décrire un phénomène ou une personne. Pour caractériser certaines personnes dans mon article, le mot allemand et africain Grosskopfetig, qui signifie grosse tête, décrit parfaitement une grande partie de nos élites mondiales. Il a été dit, à maintes reprises, que leur tête est gonflée de suffisance. Le premier d'entre eux est le professeur suisse-allemand Klaus Schwab. Ingénieur et économiste de métier, il a développé à lui seul un concept sur la manière de mieux gérer le monde que tous les autres esprits brillants avaient pu faire avant lui durant des siècles.

Dans cette juste croyance de sa supériorité mentale, il est devenu le fondateur du Forum économique mondial. Un exploit étonnant si l'on considère qu'il s'agissait d'un Forum d'une personne. De plus, son Forum était basé en Suisse, loin des centres des grands esprits de l'époque.

Il n'est pas le seul à croire qu'il peut changer les économies du monde civilisé. Des gens comme Marx, Hitler, Staline, Mao et Pol Pot croyaient aussi clairement qu'ils pouvaient changer le monde selon le modèle qui résidait dans leur esprit. Malheureusement, pour le reste du monde et ses différentes populations, le changement s'est toujours accompagné d'une perte effroyable de vies humaines et de périodes de traumatisme, de pauvreté et de misère sans fin qui ont suivi.

Mais revenons au Forum économique mondial (WEF). Klaus a réussi à attirer de nombreux super-riches. La fondation est financée par 1000 entreprises membres, qui opèrent généralement avec plus de cinq milliards de dollars de fonds de roulement, suivies par des entrepreneurs, des dignitaires, des membres de la famille royale et d'autres personnes. Sa participation de 6 % dans Charles Schwab Corp, la société de courtage qu'il a fondée en 1971 et qui lui laisse entre 25 et 100 milliards de dollars, était une motivation suffisamment attrayante pour qu'il cherche à devenir membre du WEF pour les élites. Après tout, on ne peut que gagner en stature et en profit en appartenant à une organisation qui changerait le monde selon ses souhaits.

Le WEF, dont le siège se trouve à Davos, en Suisse, se présente comme l'organisation internationale de la coopération public-privé. Cette déclaration est déjà problématique en soi. Comme beaucoup d'autres, je vois dans le mélange d'objectifs privés et publics des dichotomies qui découlent du simple raisonnement suivant : quels intérêts et quels objectifs seront atteints et quels intérêts et quels objectifs seront contrecarrés par ce forum ? Dès à présent, on peut prédire que les intérêts privés et leurs petites élites définiront et contrôleront les désirs et les souhaits des grandes entités publiques.

Le Forum déclare : Le forum engage les principaux dirigeants politiques, commerciaux, culturels et autres de la société pour façonner les programmes mondiaux, régionaux et industriels. Vraiment! Au nom de qui ces dirigeants ont-ils été autorisés à façonner nos programmes mondiaux, régionaux et industriels ? Ils sont un groupe autoproclamé d'illuminati qui ont leurs propres intérêts à cœur. Nulle part dans le monde, des peuples ou des nations n'ont organisé d'élections ou de plébiscites pour nommer ces personnes !

Pourtant, les membres de la fondation veulent nous faire croire que le Forum a été créé en 1917 en tant que fondation à but non lucratif "indépendante, impartiale et non liée à des intérêts particuliers". L'intégrité morale et intellectuelle est au cœur de tout ce qu'elle fait". Qui surveille le "Forum" et s'assure qu'il agit dans l'intérêt de toutes les personnes qu'il tente de contrôler, réellement ? Comme mes compatriotes américains et moi-même n'avons pas été consultés par le Forum, je dois supposer qu'ils nous considèrent comme des moutons infortunés qui doivent être conduits et contrôlés par nos bergers d'élite particuliers, ce dont ils se considèrent eux-mêmes comme tels.

En lisant plus loin, nous trouvons l'énoncé selon lequel « Nos activités sont façonnées par une culture institutionnelle unique fondée sur la théorie principale des parties prenantes, qui affirme qu'une organisation est responsable devant toutes les parties de la société ». J'ai travaillé en entreprise avec des intervenants. Le sens de partie prenante dans une entreprise, le marché boursier, les banques et autres entreprises similaires, est qu'une personne ou une entité a un intérêt direct dans l'entreprise, c'est-à-dire investit de l'argent, des biens ou des contributions intellectuelles dans l'entreprise dans le but de croissance et gain financier. La théorie selon laquelle toutes les composantes de la société sont parties prenantes du WEF est ridicule. Car j'ai vu, maintes et maintes fois, que ceux qui ne sont pas personnellement investis dans une entreprise, ne se soucient pas de l'entité mais ne s'intéressent qu'aux bénéfices qu'ils peuvent tirer de l'association. Pour ma part, et tous ceux que je connais, ne veulent pas faire partie de la gouvernance du Forum ou y être partie prenante, et personne n'a organisé de forum pour permettre à l'humanité de voter sur le Club Elite. Mais ces appréhensions sont passées sous silence dans les phrases suivantes.
 
L'institution mélange et équilibre soigneusement le meilleur de nombreux types d'organisations, des secteurs public et privé, des organisations internationales et des institutions universitaires.
Là encore, je m'interroge sur la motivation du Forum. Car, encore une fois, je dois demander qui sélectionne ces merveilleuses organisations du secteur privé et public, en particulier les organisations internationales qui n'ont jamais eu à cœur l'intérêt supérieur de l'Amérique et, bien sûr, les institutions universitaires, qui nous ont présenté un pléthore de marxistes, wokistes et autres trucs de cinglés.

Ensuite, j'ai été intrigué par le Centre pour la quatrième révolution industrielle. Il existe 18 centres mondiaux. Ils ne sont pas répertoriés dans un ordre facilement compréhensible, mais on en parle de manière vague et décontractée. Trente initiatives et plus sont répertoriées mais non discutées ou expliquées. En outre, plus de deux cents experts en politique et gouvernance sont mentionnés mais non nommés ni répertoriés, suivis de trois cent cinquante innovateurs en plus et de pionniers technologiques.

Aux dernières nouvelles, nous entendons parler du Tech Diplomacy Network qui a été lancé pour favoriser la collaboration entre la communauté diplomatique, la société civile et l'industrie technologique. Arrêtez-vous ici ! Quelle diplomatie technologique ? Quelle communauté diplomatique et quelle société civile et industrie technologique ? Tant de questions, peu de réponses.

La façon dont cette structure a été présentée a soulevé de nombreux signaux d'avertissement dans mon esprit, je dois l'admettre, toujours interrogateur. Où étaient les explications pour l'un des centres mondiaux? Où étaient les noms des plus de deux cents experts en politique et gouvernance ? Quelles sont leurs politiques et de quelle gouvernance parle-t-on ? Pour un Forum économique mondial, les gens de la gouvernance ont été très calmes et réservés jusqu'à récemment. Cependant, maintenant, le WEF est devenu très bruyant tout d'un coup. Et la voix terrible et électrifiée de Klaus Schwab a jailli à plusieurs reprises sur les ondes, menaçant le monde avec la Grande Réinitialisation.

Mais avant d'aborder The Great Reset, je dois parler des programmes de subventions vertes proposés par le forum. Oui, des programmes de subventions vertes (pour le climat), leurs paroles ne sont pas les miennes. J'ai trouvé ce qui suit sur leur plateforme d'action pour le climat.

Les États-Unis et l'Union européenne mettent en œuvre leurs propres programmes de subventions vertes pour stimuler les investissements renouvelables des investisseurs du secteur privé dans les technologies renouvelables. Face au défi urgent du changement climatique, les États-Unis et l'Union européenne (UE) mettent en place des investissements. Et voici le kicker. La loi américaine sur la réduction de l'inflation (IRA) a engagé 400 milliards de dollars d'investissements et de subventions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre du pays et accélérer l'adoption de technologies renouvelables. Eh bien, nous avons tous entendu Biden parler de l'accord vert et de son investissement dans le soutien de la technologie. Cependant, ici, dans cette déclaration, j'ai été confronté pour la première fois à 400 milliards de dollars. Notre pays est redevable jusqu'au bout. Les banques s'effondrent et sont renflouées, l'inflation tue le citoyen moyen et nous sommes investis dans un accord vert de 400 milliards de dollars ? Je ne suis pas mathématicien, mais je peux ajouter. La frénésie de dépenses de Biden a amené l'Amérique à un endroit où les intérêts sur nos fonds empruntés consommeront la majeure partie de ce que nous gagnons.

Source :
crnimg45109