2. Le 8 juin 2021, un analyste du Digital Forensic Research Lab de l'Atlantic Council a écrit sur Twitter :
 
Salut les gars. Vous trouverez en pièce jointe... environ 40000 comptes twitter que nos chercheurs soupçonnent d'avoir un comportement inauthentique... et plus largement (lié au) nationalisme hindou.

*2.jpg

3. Le DFRLab a déclaré qu'il soupçonnait 40 000 comptes d'être des "employés rémunérés ou éventuellement des volontaires" du Bharatiya Janata Party (BJP) de l'Inde. Mais la liste était remplie d'Américains ordinaires, dont beaucoup n'avaient aucun lien avec l'Inde ni avec la politique indienne.


*3.png


*4.png

crnimg57909


4. "Je n'ai aucun lien avec les hindous... Juste un Républicain Reagan ici dans le CT", a répondu "Bobby Hailstone".

"Un nationaliste hindou ? Je ne suis même jamais sorti de ce pays. Sans parler de l'état du New Jersey," dit "Lady_DI816".

"Ces gens sont fous !" dit "Krista Woods".

5. Twitter était d'accord, ce qui explique que de nombreux comptes restent actifs. "Merci, Andy", a répondu le chef de Trust and Safety, Yoel Roth. "J'ai vérifié un certain nombre de ces comptes, et pratiquement tous semblent être des personnes réelles."


*5.jpg

6. Voici la liste. Tu t'en occupes ?
crnimg16940


7. Le DFRLab est financé par le gouvernement américain. Spécifiquement le Global Engagement Center (GEC).

Le directeur Graham Brookie nie que le DFRLab utilise l'argent des contribuables pour traquer les Américains, affirmant que ses subventions GEC ont "une portée exclusivement internationale".

8. Mais les Américains figurant sur la liste du DFR, comme Marysel Urbanik, ne sont pas convaincus que son objectif soit "exclusivement international". "C'est anti-américain", déclare Urbanik, qui a immigré du Cuba de Castro. "Ils font ça dans des endroits qui ne croient pas à la liberté d'expression."


*6.jpg

9. Le Global Engagement Center est généralement répertorié comme une entité du département d'État. Ce n'est pas le cas. Créé au cours de la dernière année du mandat de Barack Obama, le GEC est un groupe interagences "au sein" de l'État, dont les partenaires initiaux comprenaient le FBI, le DHS, la NSA, la CIA, la DARPA, le Special Operations Command (SOCOM) et d'autres.


*7.jpg

10. Le mandat du GEC : "Pour reconnaître, comprendre, exposer et contrer les étrangers... sur la désinformation". À première vue, il s'agit de la même mission que l'Agence d'information des États-Unis (USIA) a remplie pendant des décennies, avec un hic. L'USIA s'est concentrée sur la "désinfo" étrangère. L'objectif du GEC est plus large.


*8.png

11. "C'est une pépinière pour le complexe de désinformation national", déclare une ancienne source du renseignement. "Tout ce qu'on a fait dans d'autres pays depuis la guerre froide, des crétins ont décidé de le ramener à la maison."

12. Le GEC aurait pu éviter la controverse en s'attachant à exposer/répondre à la "désinformation" par la recherche et une approche plus orientée publiquement, comme l'a fait l'USIA. Au lieu de cela, elle a financé une liste secrète de sous-traitants et a contribué à mettre en place une nouvelle forme insidieuse - et idiote - de liste noire.

13. Le GEC demande ici à Twitter d'examiner 499 comptes comme étant de la désinformation "étrangère", pour des raisons qui incluent l'utilisation de Signal pour communiquer et le hashtag #IraniansDebateWithBiden.


*9.png

crnimg48829


14. Voici 5500 noms que la GEC a déclaré à Twitter qu'elle pensait être des "comptes... chinois" engagés dans une "manipulation coordonnée soutenue par l'État" Il faut environ dix secondes pour trouver les chiffres non chinois.


*10.png

crnimg9957


15. La liste "chinoise" du GEC comprenait plusieurs comptes gouvernementaux occidentaux et au moins trois employés de CNN basés à l'étranger. "Pas exactement les meilleures amies d'Anderson, mais des atouts de CNN, si vous voulez", a ironisé Patrick Conlon, de Twitter. "Une vraie connerie", a ajouté Yoel Roth, chef de la confiance et de la sécurité.


*11.png


*12.png

16. Le GEC a transmis quelques bonnes informations à Twitter, mais pas pour l'ensemble. Le problème de fond a été illustré par un rapport de 2020 très diffusé, intitulé "Russian Pillars of Disinformation and Propaganda".


*13.jpg


*14.jpg

17. Ce rapport du GEC était contradictoire. D'une part, il a fourni des preuves raisonnées qu'un site spécifique comme la "Strategic Culture Foundation" était associé au ministère russe des affaires étrangères, ce qui en ferait un véritable "site proxy".


*15.jpg

18. Le même rapport a avancé une idée bien plus paresseuse. Outre les acteurs étatiques, les groupes qui "génèrent leur propre dynamique" doivent également être considérés comme des éléments d'un "écosystème" de propagande. L'indépendance, selon la GEC, ne doit pas "troubler ceux qui essaient de discerner la vérité."


*16.jpg


*17.png


*18.jpg

19. L'"écosystème" n'est pas un concept nouveau. Il est avec nous depuis Salem : la culpabilité par association.


*19.jpg

Comme l'a dit un cadre de Twitter : "'Si vous retweetez une source d'information liée à la Russie, vous devenez lié à la Russie', ce qui ne résonne pas exactement comme une approche de recherche solide."

20. Le GEC a envoyé à Twitter une série de rapports sur une série de sujets, en utilisant souvent le concept d'"écosystème". Son rapport sur la France "attribue l'appartenance au mouvement des gilets jaunes comme étant alignée sur la Russie", selon les termes d'Aaron Rodericks de Twitter.


*20.jpg


*21.jpg


*22.png

21. Le rapport du GEC sur la Chine était "plus un divertissement qu'autre chose", a déclaré M. Rodericks. "Il assimile tout ce qui est pro-chinois, mais aussi tout ce qui est contre la Chine en Italie, comme faisant partie de la stratégie de la Russie."


*23.png


*24.png

22. Les employés de Twitter ont fait preuve de professionnalisme. Ils avaient tendance à regarder au moins une fois avant de déclarer qu'une chose était une désinformation étrangère. Cela a fait d'eux des éléments difficiles pour le GEC. Heureusement, il y a une proie plus facile : les médias d'information.

23. Le jeu du GEC : créer un rapport alarmiste, l'envoyer aux animaux les plus lents du troupeau journalistique, et attendre que les journalistes frappent à la porte de Twitter, exigeant de savoir pourquoi tel ou tel "écosystème" n'est pas anéanti. Les courriels Twitter suintent la frustration face à de telles requêtes. UGGG ! en lit un.


*25.png


*26.jpg


*27.png


*28.jpg

(24. Non existant)

25. Twitter n'est pas d'accord avec l'alerte du GEC concernant la "désinfo" russe en Amérique du Sud, qui semble confondre cause et effet. Comme le dit Rodericks, "Je crois que ce qu'ils veulent dire, c'est : "il y a eu une augmentation des comptes qui étaient en accord avec les récits de Moscou" = Moscou contrôle."


*29.jpg

26. Roth a noté que Bret Schafer de l'Alliance for Securing Democracy a été cité dans l'article de Frenkel et a déclaré : "On dirait que les DSA sont de retour à leurs vielles ruses."


*30.jpg

27. Roth faisait référence au fait que l'ASD a créé Hamilton 68, un autre système de culpabilisation par association détaillé dans Twitter Files #15. Le "tableau de bord" d'Hamilton prétendait traquer les comptes liés à des "activités d'influence russes", mais la liste était largement constituée d'Américains.


*31.jpg

28. Le créateur du tableau de bord Hamilton 68, J.M. Berger, a fait partie du personnel de GEC jusqu'en juin 2017, juste avant le lancement du tableau de bord. Hamilton a affirmé que cette liste était "le fruit de plus de trois ans d'observation". Berger nie "sans équivoque" avoir travaillé sur Hamilton pour GEC.


*32.jpg

(29. Non existant)


30. Le tableau de bord Hamilton 68 a employé l'alchimie numérique pour créer des flux de titres liant les Américains à la désinformation "étrangère". Les rapports de l'"écosystème" GEC et de nombreux laboratoires de "désinformations" qui alimentent les journalistes ne sont souvent que des versions plus subtiles de la même chose.


*33.jpg


*34.jpg

31. Lors d'une question-réponse interne cruciale à la mi-2017, il a été demandé à Roth s'il était possible de détecter des "empreintes russes" à l'aide des données publiques de Twitter. Bien que "vous puissiez faire des déductions", a-t-il dit, "en bref, non".


*35.jpg

32. Twitter savait donc, dès les premiers jours de la manie de l'"ingérence étrangère", que la zone médiatique était inondée de mauvais acteurs jouant les cybermenaces pour des raisons politiques ou financières, le GEC compris.

33. "Le GEC a doublé son budget en exagérant agressivement les menaces par le biais d'accusations non vérifiées qui ne peuvent être reproduites ni par des universitaires externes ni par Twitter", écrit Rodericks.


*36.jpg

34. Il en va de même pour New Knowledge, la société en proie à des scandales et employée par d'anciens fonctionnaires de la NSA, que la commission sénatoriale du renseignement (SSCI) a chargée de procéder à des évaluations "expertes" des premiers lots de comptes Facebook et Twitter "suspects".


*37.jpg

35. Lorsque Twitter a constaté que New Knowledge et ses gourous de la "désinformation" vénérés par les journalistes, comme Jonathon Morgan et Renee DiResta, faisaient des bonds analytiques qu'ils jugeaient impossibles, ils ont su que quelque chose clochait.

36. Après que Politico a cité un rapport de New Knowledge à la SSCI comme preuve de ce qu'il a appelé un "vaste effort pour semer des divisions", Twitter a creusé. NK a pointé du doigt cinq comptes supposés russes qui, selon lui, étaient "relativement faciles à trouver avec l'API publique de Twitter".

Roth s'en est moqué.


*38.jpg


*39.png

37. Roth a déclaré que deux des cinq comptes étaient une "petite ferme de contenu indonésienne... juste du spam commercial". (Je suspendrai mais je ne veux pas jeter le feu sur le rapport de la Corée du Nord en faisant croire qu'il est correct.) Le compte de Becca est américain et n'est pas du tout suspect."


*40.jpg

38.Nick Pickles de Twitter : "Le discours de New Knowledge... ils choisissent les comptes qu'ils considèrent comme étant contrôlés par l'IRA, puis font de plus grandes macroanalyses... Les histoires de "2000 comptes russes tweetant sur Kavanagh/Walkway/Caravan" [étaient] souvent basées sur l'activité médiatique de NK".


*41.jpg

39. Tout comme Hamilton 68, le GEC et New Knowledge ont couvert le paysage médiatique d'informations erronées ou carrément fausses. Pour aggraver les choses, les Américains, dans les deux cas, ont payé des impôts pour devenir le sujet de ces opérations de manipulation.


*43.jpg


*42.jpg

40. Particulièrement flagrant : un rapport de New Knowledge au Sénat sur l'ingérence russe a fait l'objet d'une fuite quelques jours seulement avant d'être démasqué dans un stratagème visant à simuler l'influence russe dans une élection en Alabama, et aucun média n'a publié de rétractation. Aucun membre du personnel de la SSCI n'a fait de commentaire non plus.


*44.jpg

41. Les cybermenaces étrangères existent, et il existe des moyens sophistiqués de les détecter. Mais le GEC et ses sous-traitants ne les utilisent pas, préférant déployer une science de pacotille qui associe souvent les vrais mauvais acteurs à l'opinion résiduelle.

42. les "études de désinformation" sont surtout devenues une escroquerie, où des non-experts hypnotisent les journalistes avec ce qu'un ancien membre du GEC appelle des graphiques "hairball (méli-mélo)", mesurant généralement quelque chose d'idiot - comme qui suit deux diplomates chinois, ou partage un mème iranien "PALESTINE LIBRE".


*45.jpg


*46.jpg


*47.jpg


*48.jpg

 
43. Le Washington Examiner et @gekaminsky viennent de présenter le profil d'une ONG financée par le GEC au Royaume-Uni, qui note de manière algorithmique les médias en fonction de leur "risque". En quoi le fait de rétrograder le Daily Wire pour aider le New York Times à obtenir plus de revenus publicitaires permet-il de lutter contre la désinformation "étrangère" ?


*49.jpg

44. Un rapport de l'IG montre que le GEC a été initialement obligé de verser 98,7 millions de dollars, dont environ 80 millions provenaient du Pentagone. Elle aurait donné à au moins 39 organisations différentes, dont les noms ont été caviardés. Pourquoi cette liste est-elle secrète ?


*50.jpg


*51.jpg

45. Ian Plunkett, responsable des communications de Twitter, a écrit il y a plusieurs années que "la désinformation, comme [la lutte contre l'extrémisme violent, ou CVE] avant elle, devient une industrie artisanale". La désinformation est la mission du contre-terrorisme, relookée pour les cibles nationales.


*52.jpg

46. La réautorisation du financement de la GEC doit être votée cette année. Peut-on au moins arrêter de payer pour se mettre soi-même sur liste noire ?

47. Les #TwitterFiles ont été préparés par une tierce partie, des éléments peuvent donc avoir été omis. Merci à @ShellenbergerMD et à l'équipe de Racket News, qui vous en dira plus tout au long du mois.

48. NOTE : Juste avant la publication, Graham Brookie du DFRLab a écrit pour apporter des précisions sur les 40 000 noms indiens : "Nous n'avons pas publié ce rapport d'un ancien chercheur parce que nous n'avions pas confiance dans ses conclusions."


*53.jpg

49. J'ai demandé à Brookie s'il avait fait part de ce manque de confiance au journaliste de Reuters dont l'article basé sur cette recherche est toujours en ligne et non corrigé :
crnimg7901


Il n'a pas répondu.


*55.jpg

50. Pour en savoir plus sur ces sujets et d'autres sujets #TwitterFiles, @ShellenbergerMD et moi-même témoignerons à la Chambre des représentants le jeudi 9 mars à 10 heures. Nous sommes humbles et reconnaissants à @Jim_Jordan et @JudiciaryGOP pour l'invitation.

Source :


crnimg13038