Ce fut l'un des plus grands bouleversements de la crise de Corona : les réseaux sociaux ont supprimé les contributions indésirables des citoyens, des artistes et même des scientifiques parce qu'elles étaient prétendument « fausses » ou « fausses nouvelles ».

La grande question : le gouvernement fédéral a-t-il été impliqué dans cette restriction de la liberté d'expression en Allemagne ?

Maintenant, ça sort: Il y a eu un sommet secret sur le Corona entre le gouvernement fédéral et les entreprises américaines, qui avaient à l'ordre du jour la lutte contre les informations prétendument fausses.

Au cours du premier été Corona, lorsque la vague pandémique s'est stabilisée et que le mécontentement à l'égard des mesures a augmenté, le gouvernement a convoqué une réunion secrète avec les plus grands réseaux sociaux Facebook (y compris Instagram, désormais renommé Meta) et Google (y compris YouTube).

Explosif : Les rencontres entre les représentants du gouvernement et les réseaux sociaux n'étaient pas rares. Le ministère de la Santé a rencontré à plusieurs reprises des représentants d'entreprises technologiques pour discuter, par exemple, de la diffusion d'informations gouvernementales. Mais le sommet secret avait un objectif différent. Un porte-parole du gouvernement l'a confirmé à BILD.

Un confident de Merkel a assisté à des réunions

Le 2 juin 2020, le ministère fédéral de l'Intérieur (BMI) et le Bureau de presse fédéral ont ordonné aux meilleurs lobbyistes de Google et Facebook une réunion confidentielle. Thème du sommet : "La pandémie corona et la propagation de la désinformation, des fausses informations et fausses nouvelles qui peuvent être observées dans ce contexte". Le but de la discussion : clarifier « comment le défi associé peut être relevé en principe ».

En clair, cela signifie que le gouvernement a discuté avec les opérateurs des réseaux sociaux, que des dizaines de millions d'Allemands utilisent chaque jour, sur comment agir contre la diffusion d'informations qu'ils jugeaient fausses et dangereuses.

Le groupe de haut niveau s'est réuni au ministère de l'Intérieur. Il y avait des employés de plusieurs ministères (intérieur, santé, famille, affaires étrangères), des lobbyistes d'entreprises américaines - et un important confident de la chancelière Angela Merkel (68 ans, CDU) : le porte-parole du gouvernement Steffen Seibert (62 ans).

Source :
crnimg20361