La commission COVID-19 du Parlement européen demandera au président de la Commission européenne de se présenter devant le panel.

Une invitation non désirée pourrait bientôt atterrir dans la boîte aux lettres d'Ursula von der Leyen.

Les députés européens qui dirigent la commission COVID-19 du Parlement européen ont décidé de demander à la présidente de la Commission européenne de se présenter publiquement devant le panel, selon une déclaration envoyée exclusivement à POLITICO par la présidente de la commission, l'eurodéputée belge Kathleen Van Brempt.

Les législateurs veulent interroger Mme von der Leyen sur son rôle dans la négociation d'un contrat massif de plusieurs milliards d'euros pour la fourniture de vaccins contre le coronavirus, signé au plus fort de la pandémie. C'est dans le cadre de la préparation de ce contrat qu'elle aurait échangé des SMS avec le directeur général de Pfizer, Albert Bourla.

 
L'Union européenne a dépensé beaucoup de ressources publiques dans la production et l'achat de vaccins pendant la pandémie", a déclaré Mme Van Brempt dans le communiqué. "Le Parlement a le droit d'obtenir une transparence totale sur les modalités de ces dépenses et les négociations préliminaires qui y ont conduit."
Jusqu'à présent, la présidente de la Commission a esquivé les questions sur ce qui s'est passé au cours de ces mois cruciaux.

Ni le médiateur de l'UE ni la Cour des comptes n'ont été en mesure de faire la lumière sur ces transactions obscures. Le parquet européen, qui dispose de pouvoirs juridiques que les autres organismes de surveillance n'ont pas, a ouvert une enquête sur les contrats de vaccination, sans préciser si la présidente de la Commission était visé.

Le groupe COVID a examiné l'accord - le troisième et le plus important contrat signé avec Pfizer et son partenaire allemand BioNTech - et a jusqu'à présent entendu la Cour des comptes et le médiateur. Mais Bourla a refusé la convocation, envoyant un sous-fifre à sa place.

Conformément au règlement du Parlement, l'invitation sera envoyée à la présidente du Parlement, Roberta Metsola, qui décidera ensuite de demander ou non à Mme von der Leyen d'assister à l'audition. Mme Metsola est membre du groupe de centre-droit du Parti populaire européen, le même qui a placé le président de la Commission dans son rôle.

L'invitation, si elle arrive, n'a aucune valeur juridique. Comme Bourla, Mme von der Leyen peut refuser de se présenter. Mais les appels à une plus grande transparence se faisant de plus en plus pressants à mesure que le scandale de corruption du Qatargate éclabousse Bruxelles, elle peut avoir l'impression qu'elle ne peut pas dire non.

Mme von der Leyen n'est pas la seule à être dans le collimateur des députés européens. Dans sa déclaration, Mme Van Brempt a indiqué que la commission demanderait également la révocation des privilèges d'accès de Pfizer au Parlement européen en réponse au refus de M. Bourla de témoigner. Cela s'est déjà produit par le passé : Les législateurs ont voté l'interdiction des lobbyistes de Monsanto en 2017 après que l'entreprise a refusé de se présenter à une audience. Mais ce n'est pas automatique - la décision devrait être approuvée par les processus internes du Parlement. Et les députés européens peuvent continuer à accueillir les lobbyistes de Pfizer en tant qu'invités privés. Mais même les gestes symboliques ont leur place, alors que les institutions de l'UE tentent de réparer leur récente atteinte à leur réputation.

 
La transparence est essentielle pour garantir la confiance de nos citoyens dans les institutions européennes.
— Van Brempt.

Source :
crnimg9192