Des scientifiques de l'EPFL ont développé un prototype d'appareil solaire capable d'extraire l'eau de l'air et de la convertir en hydrogène.

Une équipe d'ingénieurs de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) s'est inspirée des feuilles de plantes pour créer cet appareil, qui, selon eux, peut être facilement fabriqué et utilisé à grande échelle. Lorsqu'il est exposé au soleil, l'appareil absorbe l'eau de l'air et produit de l'hydrogène. L'hydrogène ainsi produit pourrait être utilisé comme carburant ou pour le stockage à long terme de l'énergie solaire, écrivent mercredi les auteurs dans la revue scientifique "Advanced Materials".

La principale innovation du modèle réside dans les nouvelles électrodes, qui ont deux propriétés clés : elles sont poreuses, afin de maximiser le contact avec l'eau dans l'air, et elles sont transparentes, afin de maximiser le rayonnement solaire sur le revêtement semi-conducteur.

Rendement modeste

Dans sa forme actuelle, le prototype peut déjà produire de l'hydrogène lorsqu'il est exposé aux rayons du soleil. Cependant, les scientifiques admettent que l'efficacité est encore « modeste ». L'étape suivante consiste à optimiser le prototype, notamment en déterminant la taille idéale des fibres et des pores ainsi que les matériaux les plus appropriés.

Pour produire les électrodes, les chercheurs ont fusionné des fibres de verre à haute température. Les plaquettes résultantes ont été recouvertes d'une fine couche d'oxyde d'étain renforcé au fluor - un matériau connu pour sa conductivité, sa robustesse et sa facilité de production. La plaque a ensuite reçu un autre revêtement : un mince film de matériaux semi-conducteurs absorbant la lumière.

Source :
crnimg81431