Alerte

Neige
  
Thème clair 
 
 Fil Info 
13-07-2024 09:44 - Baignade dans la Seine: les images de la ministre des Sports plongeant dans le fleuve à Paris à 13 jours des JO. Ceci fait suite à l'arrivée controversée à Paris des forces de sécurité du Qatar qui participeront à la sécurisation des prochains Jeux Olympiques.

Fil Info - page 456

 GUERRES 
 IMPACTS 
 DECES 


165 employés de l'ONU ont été tués par 'Israël' depuis le 7 octobre." Les sionistes et les apologistes d'« Israël » diront probablement qu'ils étaient des « boucliers humains » pour le Hamas. Mais en réalité, « Israël » cible les travailleurs de l'ONU, le personnel de l'UNRWA, les travailleurs de la santé, les agents de la défense civile, les journalistes et les universitaires.

  

 DIVERS/INSOLITES 
 MEDIAS 
 PROPAGANDES 


Piotr Tolstoï, Vide-Président de la Douma, remercie l'occident sur BFM TV pour sa propagande, permettant une participation record des électeurs Russes qui ont compris qu'ils étaient dans une guerre de survie.

  
 GEOPOLITIQUE 
 ANALYSES 


L'Echiquier mondial - Il y a 4 ans, le Royaume-Uni a pris la décision de quitter l’Union européenne après 47 ans d’adhésion. La période de transition qui a duré jusqu’au 1er janvier 2021 a eu lieu pendant la COVID, ce qui a largement affaibli l’économie britannique. Nigel Farage, l’un des partisans du Brexit, a avoué en 2023 que c’était un échec. Néanmoins, malgré ses difficultés économiques, Londres mène une politique étrangère particulièrement offensive en participant au conflit ukrainien et dans ses opérations contre les Houthis en mer Rouge en collaboration avec les États-Unis, en janvier 2024.

D’où viennent les difficultés économiques que traverse l’Angleterre aujourd’hui ? Quelles sont les conséquences du Brexit ? Est-ce vraiment un échec ? Pour en discuter, Xavier Moreau reçoit John Laughland, historien, chargé de conférences en sciences politiques et spécialiste du Royaume-Uni.


  
 GUERRES 
 DESINFORMATIONS 
 REVELATIONS 


À l’occasion du triste 10e anniversaire du massacre de Maïdan, au cours duquel plus de 100 personnes ont été tuées par des tirs de snipers le 20 février 2014, je parlerai aujourd’hui à Ivan Katchanovski, un scientifique politique ukrainien (et canadien) à l’Université d’Ottawa qui a recherché le massacre en détail. L’année dernière, il a publié le document « Les révélations du procès et de l’enquête sur le massacre de Maïdan : Implications pour la guerre Ukraine-Russie et les relations ». En bref, le massacre n’a PAS été commis par les forces de Victor Ianoukovitch, comme rapporté dans les médias occidentaux et il existe des preuves concluantes que les tireurs faisaient partie de l’aile ultra-droite de l’Ukraine qui a ensuite pris le pouvoir après le coup d’État. 

Lisez son document ici :
crnimg89222




  
 CENSURES 
 INGERANCES 
 MONDIALISME 


America First Legal dénonce les pressions du gouvernement fédéral en faveur d'une censure agressive des voix indépendantes. Des documents internes obtenus par America First Legal auprès de l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) ont révélé une initiative inquiétante visant à promouvoir des pratiques de censure généralisées dans divers secteurs, visant à supprimer les perspectives indépendantes et les récits alternatifs. Parmi les tactiques incluses dans le rapport, l'agence préconise une « sensibilisation des annonceurs » pour réduire le « rapport financier » de ceux qui ne suivent pas la ligne du gouvernement.
crnimg62793


  
 GEOPOLITIQUE 
 GUERRES 
 ESCALADES 


Ukraine : si nous voulons la paix, il faut nous préparer à la guerre, par Charles Michel. Deux ans après le début de la guerre, il est désormais clair que la Russie constitue une grave menace militaire pour notre continent. Nous devons redoubler d’efforts pour aider l’Ukraine et renforcer notre défense européenne, alerte le président du Conseil européen, qui regroupe les dirigeants des 27 Etats de l’UE.
crnimg23779


  
 INJUSTICES 
 GUERRES 
 IMPACTS 


Piotr Tolstoï vice-président de la Douma: Deux poids deux mesures, les Jeux Olympiques de Paris, la Russie non admis, par contre Israël c'est bon avec le génocide qui se déroule à Gaza.

  

 AVERTISSEMENTS 
 GUERRES 
 ANALYSES 


Une Troisième Guerre mondiale est nécessaire pour punir les goyims – Rabbin Eliyahou Kin.

« La Deuxième Guerre mondiale, ce ne sera rien comparé à la Troisième Guerre mondiale», explique le religieux. Tous ces goyims [non-juifs] qui ont apporté tant de malheur et de souffrances au peuple juif seront punis, beaucoup mourront. Avant la venue du Machia’h [le Messie] il y aura de nombreuses guerres, qui finiront par provoquer l'effondrement d’Edom, soit Rome. 

C’est-à-dire, métaphoriquement, l’Occident, 4e épreuve que le peuple juif doit surmonter, selon le Talmud. L’une des façons de provoquer l'effondrement d'une nation est de provoquer l'effondrement de son économie. Un autre moyen est de la faire entrer en guerre.

  

 REVELATIONS 
 DESINFORMATIONS 
 ANALYSES 


Les observateurs de la présidentielle russe arrivés des États-Unis ?? et d'Afrique du Sud ?? ont accusé les médias occidentaux de mensonges. La région de Kherson n'a pas l'air d'être "occupée", a indiqué à Sputnik un observateur américainm L'émissaire sud-africain s'est plaint de l'image faussée de la Russie diffusée par les médias occidentaux. Ce groupe de dix observateurs étrangers comprend des ressortissants d'Algérie, du Botswana, d'Allemagne, de Zambie, d'Indonésie, du Mexique, des États-Unis, de France et d'Afrique du Sud.

  
 CENSURES 
 MENACES 
 INJUSTICES 


Un ancien gendarme chargé de l’enquête sur le meurtre du petit Grégory, en 1984, a affirmé connaître l’identité du tueur ainsi que le déroulé des faits, sans pour autant pouvoir les dévoiler, au risque de s’exposer à des poursuites judiciaires. Dossier tristement emblématique de l'histoire criminelle en France, l'affaire Grégory vient de connaître un rebondissement, près de 40 ans après les faits.

Un ancien gendarme haut gradé qui travaillait sur l'enquête en 1984 a en effet révélé connaître l’identité du tueur, ainsi que le déroulé des faits, tout en affirmant qu’il ne pouvait rien dire sans risquer des poursuites judiciaires pour diffamation. «On sait ce qui s’est passé, mais on ne peut pas le dire», a confié François Daoust, ex-directeur de l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN), à la revue belge Ciné-Télé-Revue.
crnimg9773