Alerte

Neige
  
Thème clair 
 
 Fil Info 
20-06-2024 11:52 - Le sénateur Josh Hawley dénonce l'auteur de l'Origine proximale (un papier scientifique qui affirme l’origine naturelle du SARS-COV-2), le Dr Robert Garry : "Votre travail a été utilisé pour censurer vos collègues scientifiques et les Américains ordinaires. Vous avez honteusement participé à une propagande honteuse qui a fait partie de l'un des pires chapitres de l'histoire de ce pays, où le gouvernement a fait de la propagande auprès de son propre peuple.

Fil Info - page 217

 DIVERS/INSOLITES 


Deerpark Texas - Incendie massif de la raffinerie de pétrole mexicaine Pemex. L'installation, partagée par la compagnie pétrolière mexicaine Pemex et Shell Chemicals, et un responsable de Pemex a déclaré que l'incident s'était produit du côté de Shell. Vidéo :
crnimg11427



Je suis la société mexicaine Pemex depuis un certain temps déjà.... Sabotage... il y a du grabuge dans l'air. Souvenez-vous de l'infernal "œil de feu" de juillet 2021 au large des côtes mexicaines. Devinez à qui appartenait ce pipeline ? 3 février 2023 : Trois incendies distincts, trois sites distincts, le même jour, tous des sites appartenant à Pemex, une compagnie pétrolière appartenant à l'État mexicain. Quelles sont les chances mathématiques ?

1. Gazoduc Pemex à Veracruz
crnimg90456


2. Stockage d'huile Pemex Tuzandepetl
crnimg1487


3. Parc aux cerfs de Pemex
crnimg85792




  
 GEOPOLITIQUE 



  
 CORRUPTIONS 


Tucker Carlson : "Il y a des membres du Congrès qui sont contrôlés par les agences Intel".

  
 SANTE 



  
 CULTURES 



  
 DIVERS/INSOLITES 


Whitney Webb note que Jeffrey Epstein prétendait être un "gestionnaire d'argent" qui contrôlait les conseillers juridiques de Bill Gates, et souligne les liens étroits d'Epstein avec Gates par l'intermédiaire de ses employés Nathan Myhrvold, Linda Stone, Melanie Walker et Boris Nikolić : Le récit des médias grand public refuse de dire que la relation Epstein-Gates se poursuit en 2011, ce qui, à mon avis, a pour but de protéger un examen plus approfondi des liens entre Epstein et Microsoft, ainsi que des liens entre la famille Maxwell et Microsoft qui ont eu lieu dans les années 90. Mais la Fondation Bill et Melinda Gates a beaucoup à se reprocher en ce qui concerne Epstein.

Avant 2011, l'un des principaux conseillers scientifiques de cette fondation était une femme nommée Melanie Walker, qu'Epstein avait recrutée dans son réseau en 1992. Elle est devenue sa conseillère scientifique après qu'il a payé une partie de ses études supérieures. Peu après, elle a fait un bref passage à l'Organisation mondiale de la santé, puis a été engagée comme conseillère scientifique auprès de la Fondation Bill et Melinda Gates, où elle a présenté Epstein à un autre conseiller scientifique de la Fondation Gates, Boris Nikolic. Si vous vous souvenez bien, Boris Nikolic, à la mort d'Epstein, était en fait l'exécuteur testamentaire de secours. Pourquoi Epstein aurait-il placé Nikolic à ce poste ? Et pourquoi Gates aurait-il engagé quelqu'un comme Melanie Walker, dont le CV à ce moment-là était celui de conseillère scientifique de Jeffrey Epstein ? Et, bien sûr, il y avait beaucoup de chevauchements entre la science à laquelle Jeffrey Epstein s'intéressait et la science à laquelle Bill Gates s'intéresse.

  
 CULTURES 


#1 Entre 2011 et 2019, le New York Times et le Washington Post ont augmenté leur utilisation des mots « raciste », « racistes » et « racisme » de plus de 700 % et de près de 1 000 %, respectivement. #2 En 2011, seulement 35 % des libéraux blancs pensaient que le racisme aux États-Unis était « un gros problème », selon un sondage national. En 2015, ce chiffre avait grimpé à 61 % et encore plus à 77 % en 2017. #3 En 2006, 45% des démocrates blancs et 41% des républicains blancs connaissaient quelqu'un qu'ils considéraient comme raciste. En 2015, ce chiffre est passé à 64% pour les démocrates blancs mais est resté à 41% pour les républicains blancs. Notamment, le % a diminué chez les démocrates noirs et hispaniques au cours de la même période.

#4 Entre 2013 et 2019, le New York Times et le Washington Post ont augmenté leur utilisation des termes « racisme systémique », « racisme structurel » et « racisme institutionnel » d'environ 1 000 %. #5 Entre 2013 et 2019, le New York Times et le Washington Post ont augmenté leur utilisation du « privilège blanc » et du « privilège racial » de 1 200 % et de près de 1 500 %, respectivement. #6 "Ce que les données présentées ici suggèrent, c'est que les décisions éditoriales prises au cours de la dernière décennie dans certains des médias les plus puissants du monde concernant le type de langage à utiliser et le type d'histoires méritant une couverture lorsqu'elle entre dans la course, peu importe l'intention et le niveau de prévoyance derrière de telles décisions - a alimenté un renouveau de la conscience raciale parmi leurs lecteurs. Intentionnellement ou non, en introduisant puis en répétant constamment un ensemble de mots-clés et de concepts, des publications comme le New York Times ont contribué à normaliser parmi leur lectorat la croyance que la « couleur » est l'attribut déterminant des autres êtres humains. Pour ceux qui adoptent cette focalisation singulière sur la race, une vision racialisée du monde devient un test de base de la loyauté politique... 

Les mêmes institutions médiatiques qui ont promu l'identitarisme revanchard et la transformation radicale de la société américaine selon des critères raciaux auraient plutôt pu concentrer leur attention et leur influence sur l'amélioration de la qualité de vie pour tous. Travailler pour garantir que les Américains de toutes origines ne soient pas injustement victimes de la police et aient accès à des soins de santé de qualité, à des écoles et à des logements abordables ne nécessite pas la promotion d'une «conscience raciale» qui divise la société en «opprimés» et catégories de couleurs « privilégiées ». Au contraire, cela exige que nous minimisions ces catégories et que nous nous unissions dans la poursuite d'intérêts communs. Cela peut ne pas convenir aux prérogatives des médias, et cela peut ne pas plaire aux militants dont le désir de "reconnaissance" culturelle l'emporte sur leur dévouement au progrès matériel, mais cela offre l'avantage potentiel d'améliorer la vie des Américains ordinaires."
crnimg62914



  
 GEOPOLITIQUE 


La Chine inquiète face à l’expansion de l’Otan en Asie. Pékin est inquiet de « l’expansion vers l’est » de l’Otan. C’est en tout cas ainsi que les autorités communistes perçoivent l’éventualité d’une ouverture par l’alliance d’un bureau de liaison en Asie, selon des rapports de presse. La diplomatie chinoise qui a appelé jeudi 4 mai à « la plus grande vigilance ».
crnimg6375


  
 GEOPOLITIQUE 



  
 DIVERS/INSOLITES