Le président brésilien Bolsonaro a signé l'ordre d'élever la Cour militaire supérieure STM au-dessus de la Cour suprême de gauche corrompue, dans un geste qui, selon beaucoup, pourrait ouvrir la voie à une intervention militaire avant le 1er janvier, lorsque le condamné communiste corrompu Lula da Silva devait prendre ses fonctions de président.

 
Au cours des 72 dernières heures, il y a eu beaucoup de bavardages et de spéculations sur les réseaux sociaux au sujet de Jair Bolsonaro ayant déjà placé le Brésil sous la tutelle des forces armées.
— rapporte le Rio Times

 
Il se murmure également que la Cour militaire supérieure du pays, STM, a déjà répondu positivement aux plaintes contre la controversée Cour suprême.
Le Journal officiel du Brésil a publié une décision selon laquelle "le ministère de la Défense est approuvé pour être l'agence qui interprète la Constitution au Brésil". Cela signifie que le ministère de la Défense exercera officiellement la fonction d'interprète de la Constitution. Ce privilège appartient généralement à la Cour suprême. La nouvelle décision "abrite une force explosive à la lumière de la confrontation entre Jair Bolsonaro et la Cour suprême brésilienne dans la bataille décisive pour le pouvoir dans le pays", écrit Rio Times.

« Le président Bolsonaro joue aux échecs », a déclaré la dirigeante conservatrice brésilienne Samia Sittel-Faraj à Gateway Pundit. 

 
Notre Cour suprême a changé la constitution pour que la gauche puisse prendre le pouvoir. Le juge (Luís Roberto) Barroso a changé l'interprétation de l'article 142 » qui autorise les forces armées, sous le commandement du président, à effectuer une intervention militaire. Mais maintenant, Bolsonaro a confié l'interprétation de la constitution au ministère de la Défense. C'est un signe clair que Bolsonaro va agir. S'il passait la main à Nine Fingers (Luiz Inácio Lula da Silva), pourquoi ferait-il cela ? Le président Bolsonaro a toujours insisté sur le fait qu'il agirait dans le cadre de la loi et de la constitution.
— rapporte Sittel-Faraj.

"Voici la séquence des mouvements d'échecs", a-t-elle déclaré :

  • Le 19 décembre, tous les membres du congrès ont été officiellement certifiés, ce qui signifie qu'ils ont le droit d'occuper leurs sièges au parlement. Un grand nombre de conservateurs ont été élus, l'un des indicateurs de la victoire de Lula était frauduleux.
  • Bolsonaro a signé le décret transférant la responsabilité d'interpréter la constitution au ministre de la Défense, mettant à l'écart les gauchistes de la Cour suprême.
  • Depuis hier, le parlement est en vacances, mais les juges de la Cour suprême sont tellement inquiets qu'ils n'ont pas fait de pause.

Un espion a été découvert au sein du personnel de Bolsonaro qui donnait des informations au juge en chef Alexander de Moraes. "Moraes est maintenant aveugle et très inquiet", a déclaré Sittel-Faraj. "Il devrait l'être, car si le président donne l'ordre maintenant, Moraes ira en prison." Si Bolsonaro aurait agi avant la certification le 19 décembre, peut-être que les élus ne l'auraient pas soutenu, a-t-elle noté. "Mais maintenant, ils ont le droit de prendre place."

Une nouvelle étude technique réalisée par un groupe i...o-légaux a trouvé plus de preuves de fraude électorale, indiquant de fortes divergences entre les nouvelles machines à voter et les anciennes machines à voter :
En analysant les données du deuxième tour, les médecins légistes ont trouvé de sérieuses divergences. Les données ont pris comme référence le vote des candidats au second tour, en considérant les zones électorales, avec l'analyse du deuxième chiffre de la série numérique. Il ressort de l'analyse de ces deux groupes graphiques que si les résultats étaient corrigés dans le paramètre des écarts constatés, le vainqueur serait le candidat Jair Bolsonaro, actuel président du Brésil. En effet, les anomalies trouvées indiquent une diminution artificielle des votes de Bolsonaro contre une augmentation artificielle des votes de Lula. Considérant que le résultat final des élections était inférieur à 1,8% en faveur de Lula, une correction minime suffirait à inverser les résultats.

Source :
crnimg84527