La découverte d'un contrat attribué par le département américain de la Défense à Labyrinth Global Health pour la "recherche COVID-19" en novembre 2019 a soulevé des questions sur la connaissance du gouvernement sur le nouveau coronavirus.

Le contrat faisait partie d'un projet plus vaste de «programme de réduction des menaces biologiques en Ukraine», suggérant que le gouvernement américain était au moins au courant du virus avant qu'il ne se propage à Wuhan, en Chine, en décembre 2019, et avant qu'il ne soit officiellement nommé Covid-19 par l'Organisation mondiale de la santé en février 2020.

Ces conclusions soulèvent des inquiétudes quant à la manière dont le gouvernement gère la pandémie et à la possibilité d'une dissimulation.

Le site Web « USA Spending »... du gouvernement américain révèle qu'il a dépensé la somme stupéfiante de 4,04 billions de dollars « en réponse au COVID-19 ». Un examen plus approfondi de la fonction « Recherche de p... site Web révèle un contrat attribué par le ministère de la Défense à Black & Veatch Special Pr... pour des « services professionnels, scientifiques et techniques » le 20 septembre 2012.
Un examen plus approfondi de l'onglet "Sous-attributions" du contrat révèle 115 transactions avec des bénéficiaires et de brèves descriptions, dont la majorité sont des articles banals comme "l'équipement de laboratoire pour Kyiv" et "le mobilier de bureau pour Kyiv".


*1.png

Il y a cependant parmi les 115 transactions listées dans l'onglet « Sub-Awards » d'un contrat attribué par le Département américain de la Défense à Black & Veatch Special Projects Corp. une transaction qui se démarque :
Un prix à Labyrinth Global Health INC pour "Documentation des manuscrits des PME et recherche sur le COVID-19".
S'il n'est pas surprenant de voir un prix pour la recherche sur le Covid-19 pendant une pandémie, le fait que le contrat ait été attribué le 12 novembre 2019, au moins un mois avant l'émergence présumée du nouveau coronavirus et trois mois avant qu'il ne soit officiellement nommé Covid-19, soulève des questions sur la connaissance du virus par le gouvernement.


*2.png


En outre, le contrat devait avoir lieu en Ukraine, tout comme l'ensemble du contrat attribué à Black & Veatch Special Pr... Ces résultats suggèrent une implication potentielle du gouvernement américain dans la création et la propagation du virus.
En septembre 2012, la Defense Threat Reduction Agency (DTRA) du département américain de la Défense a attribué un contrat à une société mondiale d'ingénierie, d'approvisionnement et de construction spécialisée dans le développement d'infrastructures.



*3.png


Le contrat concernait un programme de réduction des menaces biologiques en Ukraine et s'est conclu en octobre 2020. Bien que les détails ne soient pas clairs, on sait que 21,7 millions de dollars sur le contrat de 116,6 millions de dollars ont été dépensés pour ce programme.


*4.png


Il est curieux de savoir pourquoi le DOD contracterait une entreprise spécialisée dans le développement d'infrastructures pour un programme de réduction des menaces biologiques.

En outre, il est intrigant que le DOD et la société contractante aient par la suite payé Labyrinth Global Health INC pour mener des recherches sur le COVID-19 en Ukraine avant l'émergence du nouveau coronavirus et avant qu'il ne soit officiellement nommé Covid-19.
Ces événements soulèvent des questions sur la nature du programme de réduction de la menace biologique et son lien potentiel avec la prétendue pandémie de COVID-19. Et la découverte d'un contrat attribué par le département américain de la Défense pour la recherche sur le Covid-19 en novembre 2019 suggère que le gouvernement américain savait que le virus existait naturellement ou était impliqué dans sa construction dans un laboratoire.
Cette théorie est étayée par des preuves que l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) et Moderna avaient un candidat coronavirus en décembre 2019.

Un 


*5.png


L'accord de transfert de matériel a été signé le 12 décembre 2019 par Ralph Baric, PhD, à l'Université de Caroline du Nord à Chapel Hill, puis signé par Jacqueline Quay, directrice des licences et du soutien à l'innovation à l'Université de Caroline du Nord le 16 décembre 2019.


*6.png


L'accord a également été signé par deux représentants du NIAID, dont Amy F. Petrik PhD, spécialiste du transfert de technologie qui a signé l'accord le 12 décembre 2019 à 8h05. L'autre signataire était Barney Graham MD PhD, chercheur pour le NIAID, cependant, cette signature n'était pas datée.


*7.png


Les derniers signataires de l'accord étaient Sunny Himansu, l'enquêteur de Moderna, et Shaun Ryan, l'avocat général adjoint de Moderna. Les deux signatures ont été faites le 17 décembre 2019.


*8.png


Toutes ces signatures ont été faites avant que le grand public n'ait connaissance de l'émergence présumée du nouveau coronavirus.

Ce n'est que le 31 décembre 2019 que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a pris connaissance d'un groupe présumé de cas de pneumonie virale à Wuhan, en Chine.
Mais même à ce stade, ils n'avaient pas déterminé qu'un nouveau coronavirus présumé était à blâmer, déclarant plutôt que la pneumonie était de "cause inconnue".


*9.png


Ce n'est que le 9 janvier 2020 que l' 
Alors pourquoi un candidat vaccin contre le coronavirus à ARNm développé par Moderna a-t-il été transféré à l'Université de Caroline du Nord le 12 décembre 2019 ?

Le même Moderna qui a fait autoriser un vaccin contre le coronavirus à ARNm pour une utilisation d'urgence uniquement au Royaume-Uni et aux États-Unis pour prétendument combattre Covid-19.
Qu'est-ce que Moderna savait que nous ignorions ? En 2019, il n'y avait aucun coronavirus singulier constituant une menace pour l'humanité qui justifierait un vaccin.

Alors que le monde tente de sortir de la prétendue pandémie de Covid-19, de nombreuses questions restent sans réponse.
Qu'est-ce qui a causé la prétendue épidémie? Était-ce naturel ou était-ce le résultat d'une intervention humaine ?
La découverte d'un contrat attribué par le département américain de la Défense pour la recherche sur le Covid-19 en novembre 2019 suggère que le gouvernement américain connaît la réponse à ces questions.

Source :
crnimg55254