La vérificatrice générale Karen Hogan a déclaré que le gouvernement aurait pu et aurait dû prendre des mesures pour éviter une partie de ce gaspillage.

OTTAWA — Le Canada est sur le point de se débarrasser de 1 milliard de dollars de vaccins contre la COVID avant la fin de l'année, en plus de dizaines de millions d'autres doses qui ont déjà expiré, selon le vérificateur général.

La vérificatrice générale Karen Hogan a publié mardi un rapport sur le programme de vaccination du gouvernement et a constaté que le gouvernement a généralement fait du bon travail en achetant et en distribuant des vaccins aux provinces et aux Canadiens en temps opportun, mais qu'il n'a pas réussi à éviter le gaspillage.

Dans son rapport, Hogan a constaté qu'il y avait des dizaines de millions de doses dans les entrepôts provinciaux et fédéraux.

"Fin mai 2022, il y avait 32,5 millions de doses en inventaire, et en utilisant une documentation non classifiée et publique, nous avons estimé que ces doses valaient environ 1 milliard de dollars", lit-on dans le rapport de Hogan.

Hogan a découvert que sur 169 millions de doses reçues par le gouvernement, 84,1 millions avaient été administrées aux Canadiens, et 32,5 millions supplémentaires étaient entreposées en mai. Le ministre de la Santé, Jean-Yves Duclos, a déclaré mardi que 10,8 millions de ces doses ont depuis expiré.

13,6 millions de doses supplémentaires avaient déjà expiré lorsque Hogan a fait son audit, tandis que 15,3 millions de doses ont été données et 21,7 millions supplémentaires ont été offertes en don sans qu'aucun pays n'ait identifié pour les prendre.

Le gouvernement a commandé des vaccins à sept entreprises différentes au début de la pandémie, avant que l'un des fabricants de vaccins potentiels ait réussi, en commandant des dizaines de millions de plus que ce que le Canada pourrait éventuellement utiliser. Hogan a déclaré que de nombreux pays étaient dans le même bateau que le Canada.

«Je nous inviterais tous à revenir en mars 2020 et l'environnement qui se passait alors lorsque le gouvernement a conclu des accords d'achat anticipés. Il y avait une ruée mondiale pour développer un vaccin, personne ne savait quelles sociétés de vaccins développeraient des vaccins viables », a-t-elle déclaré.

Le gouvernement a précédemment déclaré avoir fait don de 50 millions de doses, mais l'auditeur a révélé que 13,6 millions ont expiré peu de temps après avoir été donnés, 21,7 millions qui ont été identifiés pour un don, mais n'ont pas été expédiés et seulement 15,3 millions qui ont effectivement été utilisés à l'étranger.

Le gouvernement a également aidé les pays en développement à payer leurs propres vaccins, contribuant suffisamment d'argent pour 90 millions de doses supplémentaires.


*1.png

Hogan a déclaré que les 21,7 millions d'attente pour une maison expireront également si le gouvernement ne trouve pas un pays qui en a besoin. Elle a déclaré que les efforts du gouvernement pour faire don de vaccins se sont heurtés à un manque de demande, de nombreux autres pays riches essayant également de faire don de leurs doses.

"Ce marché a saturé, ce qui a empêché le gouvernement canadien de réussir autant qu'il le pouvait, mais à mon avis, c'était une approche prudente."

Le ministre du Développement international, Harjit Sajjan, a déclaré que la demande dans les pays en développement était plus faible que prévu, mais qu'elle existe toujours et que le Canada a l'intention d'expédier plus de doses. Il a déclaré qu'une partie du défi consiste à s'assurer que les pays en développement disposent de l'infrastructure nécessaire pour vacciner leurs populations.

« L'une des choses sur lesquelles nous nous concentrons actuellement est en fait le renforcement des systèmes de santé au sein de ces pays. Donc, si une pandémie devait revenir, nous aurions la capacité de pouvoir distribuer équitablement les vaccins », a-t-il déclaré.

Duclos a déclaré que malgré le gaspillage, il pense que l'approche du gouvernement en matière d'achat de vaccins était la bonne.

« Cette stratégie tout en produisant un excédent s'est avérée très fructueuse. Le Canada a été parmi les trois premiers pays au monde à administrer des doses en décembre 2020 », a-t-il déclaré.

Hogan a déclaré qu'une partie du blâme pour le gaspillage est le système gouvernemental de gestion des vaccins, un logiciel créé spécifiquement pour la tâche appelée VaccineConnect. Elle a dit que le programme dispose d'outils qui pourraient être utilisés pour mieux suivre les doses.

"Nous avons également constaté que la réduction du gaspillage était affectée par le retard de l'agence dans la mise en œuvre d'importantes fonctionnalités de VaccineConnect", a-t-elle écrit.

Le système VaccineConnect a été conçu et géré par les auditeurs externes Deloitte qui ont reçu un contrat de près de 60 millions de dollars pour le système, dont 37,4 millions de dollars ont été dépensés depuis.

Hogan a déclaré dans son rapport qu'il y avait des problèmes pour obtenir des informations des provinces et des territoires à la fois sur l'utilisation des vaccins et sur la sécurité des vaccins, et que de nombreuses provinces ont simplement refusé de fournir des informations à Santé Canada.

Le député conservateur Kelly Block, porte-parole du parti en matière d'approvisionnement, a déclaré que les libéraux auraient dû faire plus pour s'assurer que les systèmes fonctionnaient correctement.

"Le vrai problème était avec VaccineConnect parce qu'il n'y avait aucune possibilité de voir où ces vaccins étaient distribués aux dates d'expiration, et la visibilité de la chaîne d'approvisionnement était un problème", a-t-elle déclaré.

crnimg2669