L'office central de la protection civile devrait mettre fin au patchwork de 36 autorités compétentes. Il existe désormais un bureau des catastrophes majeures.

Les sirènes comme à la campagne retrouveront également Berlin. La construction progresse lentement, c'est pourquoi les sirènes ne se feront pas entendre lors de la journée d'avertissement nationale d'aujourd'hui, du moins à Berlin.

Qu'il s'agisse d'une panne d'électricité, d'une explosion majeure, d'un accident d'avion ou d'une violente tempête : de nombreux acteurs sont chargés de faire face à une catastrophe ou à une situation de dégâts dits majeurs à Berlin : l'administration de l'environnement pour l'approvisionnement en eau, l'administration des bâtiments pour les abris , l'administration économique pour l'alimentation et l'approvisionnement en gaz et, en cas de panne de courant majeure, aussi pour le ravitaillement en combustible .

Il y a 36 autorités de protection civile à Berlin - de la Chancellerie du Sénat, des administrations du Sénat aux pompiers et de la police aux districts. Et ils sont très différemment préparés aux urgences. Ce patchwork administratif, typique de Berlin, est désormais à éliminer : à l'avenir, la protection civile sera coordonnée sous un même toit. La sénatrice de l'Intérieur Iris Spranger (SPD) a annoncé mercredi la création d'un bureau central de l'Etat pour la protection civile à Berlin.

crnimg89073