Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, lors d'une allocution vidéo mardi, a estimé qu'il en coûterait plus de mille milliards de dollars pour reconstruire son pays après l'assaut russe, maintenant plus de neuf mois. Si ce chiffre semble absolument choquant et irréaliste... il l'est, étant donné que cela soit cinq fois le PIB total de l'Ukraine .

"La reconstruction de notre pays deviendra le projet économique, technologique et humanitaire le plus important de notre époque. Même maintenant, nous engageons des dizaines de nos pays partenaires à reconstruire l'Ukraine", a déclaré Zelensky lors de son discours vidéo nocturne mardi, traduit par Newsweek . "Le volume total de travail s'élève à plus d'un billion de dollars."

Il a glissé ce chiffre d'un billion de dollars tout en disant qu'il espère que son pays pourra montrer au monde sa résilience en accueillant l'Exposition universelle en 2030. 

En outre, le média anglophone basé en Lettonie, Meduza , a décrit que le dirigeant ukrainien avait lancé un plan inhabituel pour faire face à son prix de reconstruction astronomique. Les gouvernements nationaux ou même les grandes entreprises pourraient devenir des sponsors permanents de régions, de villes ou de secteurs économiques spécifiques : 

 
Selon Zelensky, l'Ukraine développe un système qui permettra aux pays partenaires de devenir des « mécènes » des régions, villes ou entreprises ukrainiennes . "Nous constatons déjà un intérêt [pour le programme] de la France, de la Grande-Bretagne, des Pays-Bas, de l'Allemagne, du Danemark, de la Finlande, de l'Italie, de la Turquie, de la Pologne, du Portugal, de la Tchéquie, de la Slovénie, de la Lettonie, de l'Estonie, de la Suisse, de la Slovaquie, de l'Autriche, de la Grèce, le Canada, les États-Unis, le Japon et l'Australie. Et ce n'est pas une liste exhaustive.
Ce n'est en fait pas la première fois qu'un chiffre étonnant de plus de 1 000 milliards de dollars est proposé.


*1.png

La première fois que Zelensky a lancé un trillion si publiquement semble avoir été en septembre, lorsqu'il a été invité à "sonner" la cloche d'ouverture de la Bourse de New York le 6 de ce mois (via un flux vidéo bien sûr).

Il  avait déclaré à l'époque lors de commentaires qui comprenaient un appel à 400 milliards de dollars d'investissements étrangers : « Le projet général de reconstruction ukrainienne sera le plus grand projet économique d'Europe de notre temps. Le plus grand depuis plusieurs générations. Son volume est déjà estimé à des centaines de milliards de dollars."

Zelensky a ensuite souligné : "Et avec la modernisation nécessaire de l'infrastructure ukrainienne, compte tenu des besoins de sécurité, c'est plus d'un billion de dollars et à assez court terme - moins de dix ans ".

Le produit intérieur brut (PIB) de l'Ukraine s'élevait à 200,09 milliards de dollars américains en 2021, selon les données officielles de la Banque mondiale...


*2.png

Pendant ce temps, au moins un groupe de réflexion bien connu basé à Washington a soutenu cette initiative, affirmant que cela apporterait des "avantages stratégiques" aux États-Unis. Un rapport du Center for Strategic and International Studies (CSIS) publié il y a quelques jours et intitulé,  United States Aid to Ukraine: An Investment Whose Benefits Exceed Greatly its Cost , avait ceci à dire...

"En pratique, l'Ukraine ne peut pas continuer à se battre et à se redresser sans l'aide continue des États-Unis et d'autres puissances. De plus, si la guerre se prolonge comme elle pourrait bien le faire, les coûts totaux des États en guerre et en rétablissement pourraient facilement augmenter bien au-delà. 500 milliards de dollars. Une guerre vraiment longue pourrait porter le coût total de la guerre et de la reprise à un billion de dollars ou plus.


*3.png

Il a noté : « Jusqu'à présent, il n'y a eu qu'une résistance politique intérieure limitée aux États-Unis à la poursuite de l'aide civile et militaire à l'Ukraine » - suggérant que les responsables américains devraient faire pression pour obtenir de plus en plus d'aide étrangère pour Kiev au milieu de l'absence générale de recul et apathie.

crnimg41641